Le blog et les livres

Je vous en parlais dans le billet de la nouvelle année , j’ai quelques anecdotes à vous raconter à propos de ce blog et des livres.

Dans un premier temps, je tiens à préciser que je n’ai AUCUNE idée de la portée et/ou de la notoriété de ce blog et de ces articles. Le sujet qui y est abordé étant quand même très spécifique (non seulement le HPI/HQI qui ne concerne que 2,5% de la population, mais en plus les adultes dans cette population là et précisément ceux et celles qui découvrent leur HPI/HQI à l’âge adulte) je ne m’attends pas vraiment à ce que le blog soit mondialement connu.

Je l’ai débuté dans l’idée que la parole était libératrice aussi pour les autres et que partager ses expériences pouvait réellement aider.
Comme je le disais au début, s’il n’y a qu’une seule personne qui a trouvé aide et/ou réconfort dans une seule ligne d’un seul des billets du blog, j’estimerais que le blog a rempli son office.

Vous voyez donc que question célébrité, on est loin du compte (et ça me va très bien, je ne le fais pas pour ça).

De fait, quand on m’a contactée pour faire partie du « service presse » pour un ouvrage traitant du HPI, je suis tombée de ma chaise.
(NON, ce n’est pas celui du Dr Wahl, laissez moi le temps de développer.)

Au départ, j’ai été contactée par l’auteure, une amie de connaissance, pour inclure mon témoignage dans l’ouvrage.
J’ai dit oui, dès que je peux parler du HPI j’y vais volontiers. Et ce qui m’allait très bien, c’est que les témoignages seraient anonymes.
(Et oui, je répète, ce qui compte dans ce blog ce n’est pas l’auteure, mais le sujet qui y est traité.)
Une fois le témoignage livré (avec lequel j’ai bataillé à un point… vous n’avez pas idée. Je l’ai livré avec 3 mois de retard parce que j’étais infichue d’écrire UNE ligne… C’était triste, mais triste !) de façon absolument médiocre en terme de quantité, mais tout à fait efficace en terme de contenu (j’étais d’ailleurs assez fière de moi, pour une fois que je faisais concis) les choses ont évolué.
L’auteure m’a proposé de m’ajouter à la liste des personnes qui recevraient gratuitement l’ouvrage.
J’étais fort surprise, mais une fois ma naïveté calmée (oui j’admets, ma première réaction à été « Oh ! Mais c’est trop gentil et mignon de sa part ! » ) mes notions d’us sociaux implicites, fortement soutenues par mon cynisme, ont pu se faire entendre et me souffler que ce n’était probablement pas innocent, cette histoire.
Et effectivement, la suite de « je te propose de t’ajouter à la liste de service presse » c’était « pour que tu en parles sur ton blog ».
Ma naïveté était dépitée.
Mon cynisme jubilait totalement, et mes connaissances… bah elles se portaient bien, elles ont l’habitude de tomber juste. (+1000 point)

J’ai répondu très honnêtement.
Sur le principe, je suis d’accord. Mais si j’ « en parle sur mon blog » ce sera pour dire ce que j’en pense, de façon honnête. J’en vanterais ce qui m’a plu mais je ne me gênerais pas pour pointer du doigt ce qui m’aura gêné ou déplu.
Et si jamais rien ne me plait, je ne m’en cacherai pas non plus, y compris si cela va jusqu’à déconseiller le livre et dénoncer ce qui me semble le mériter.
Surtout que, vu l’orientation du livre en question, à savoir « développement personnel », il y avait bien plus de risques que le résultat ne me convienne pas du tout que de me voir l’encenser.
Parce que jusqu’ici, ce que j’ai lu en « développement personnel » c’est quand même un joyeux fourre-tout qui semble permettre à beaucoup de s’affranchir de toute rigueur intellectuelle, sans parler de rigueur scientifique. Alors je n’osais pas imaginer le résultat sur le HPI.
(Mais oui, je ne doute pas qu’il y ait aussi de bons ouvrages de qualité estampillés « développement personnel ».)

[Note : Vous allez me dire, « Mais pourquoi as-tu accepté de témoigner dans un ouvrage de développement personnel alors? » Et bien parce que, d’après mon souvenir de la conversation téléphonique où l’ouvrage m’a été présenté, c’était un ouvrage scientifique et pédagogique destiné à rendre plus accessible le concept de HPI, illustré par des témoignages de personnes surdouées. Je ne me rappelle pas avoir entendu « développement personnel » durant cette conversation.]

Et c’est là que ça a coincé.
Le but de la démarche, dixit l’auteure, n’était pas de « ne pas donner envie aux gens de l’acheter » (ou de le lire, je ne sais plus bien).
J’ai aussi eu droit à la tentative d’attendrissement avec la précision de la difficulté de la démarche d’exposition que cela représentait de publier un livre.
Oui parce que manifestement, il semblait nécessaire de m’expliquer ce qu’étaient les risques liés à une démarche d’exposition.

Ceci étant, j’ai tout à fait compris ce qu’elle disait. Je me suis mise à sa place, et évidemment que moi aussi je préférerais qu’on ne dise que du bien de mon premier ouvrage.
Mais, ce qui m’a gêné c’était l’espèce de contrat tacite que je percevais derrière tout cela : je te donne gratuitement le bouquin et tu m’en fais la pub sur ton blog.

Et bien non désolée.
Alors annonce aux éventuel·les prochain·es interessé·es : je ne marche pas comme ça.
Je parle de ce que je veux, et surtout, j’en dis ce que j’en pense. En bien comme en mauvais.
Si j’ai trouvé le livre déplorable, je le dirais.
S’il ne m’a fait ni chaud ni froid, je le dirais.
Et si j’ai adoré, je le dirais aussi.

C’est pour cela que j’ai gentiment décliné l’offre qui m’était faite.
J’ai dit à l’auteure que je me procurerai son livre (et là de suite j’y pense, mais je n’ai même pas le titre…) par moi-même; que je m’en ferai une idée par moi-même et que si cela me plaisait j’en dirai un mot ou deux sur le blog.

Personne ne me contraindra à écrire quelque chose que ne je veux pas ou que je ne pense pas ici.
Ce blog est destiné à l’information, pas à la publicité.
Si je parle de certains ouvrages, c’est que j’estime qu’ils sont une bonne source de renseignements et d’apprentissages sur le sujet du HPI.
Je n’ai pas d’autre intérêt dans la démarche que de diffuser une information qui me semble utile et pertinente.
Et je tiens à ce que cela reste ainsi.

Ce qui m’amène aux publications du Dr Wahl.
Avec le dernier ouvrage que j’ai reçu et dont je vous ai parlé, il serait parfaitement légitime de douter de ce que je viens de dire.

Vous pouvez vous rassurer.
Je parle des ouvrages du Dr Wahl parce que j’aime son travail, ses interventions sur le sujet du HPI.
Je suis fan, voilà.
(Et estimez vous heureuses et heureux que je ne parle que de lui hein ! Parce que maintenant je suis aussi fan de mon directeur de mémoire, mais son sujet à lui n’a rien à voir avec le blog, alors bon…)

Son dernier ouvrage sur le TDAH chez l’enfant, je l’ai reçu comme ça, en cadeau tout simplement, sans demande cachée derrière.
De mon côté j’en parle parce que ça me fait plaisir de parler des ouvrages du Dr Wahl, et que c’est une occasion de rappeler qu’il en a écrit DEUX sur le sujet des surdoué·es : L’adulte surdoué et Les enfants précoces aux éditions Puf collection Que sais-je ?.

Sans compter que, dans l’esprit de beaucoup de gens, le TDA/H est un « trouble associé » (argh, ça me fait mal rien que de l’écrire) au HPI…
Alors si je peux argumenter un peu sur ce qu’est ou n’est pas le HPI (d’après ce que la science en sait aujourd’hui) sur le TDA/H, que dalle !
Le cadeau du Dr Wahl me donne l’occasion de m’instruire un peu sur le sujet.

Bon par contre, je ne vous garanti pas du tout un retour immédiat sur le bouquin hein. Il est même possible qu’il n’arrive pas avant longtemps. Mais genre, longtemps, longtemps.
Parce que j’ai pleiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin d’autres choses à faire qui sont des priorités pour moi et que je suis trèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèès procrastinatrice (procrastineuse ? C’est quantifiable la procrastination d’ailleurs ? Je ne crois pas en fait. Bon tant pis, je le suis très quand même) et que donc je ne vais pas multiplier les occasions de faire autre chose que ce que je suis censée faire en priorité.
(Là vous voyez j’ai toujours un rapport de stage à commencer, un mémoire de recherche à continuer, des devoirs pour 4 matières à rendre, 2 événements familiaux à gérer – personne n’est mort ou malade rassurez-vous – et pourtant j’écris sur mon blog !)

Oh je vous ai dit que j’ai bidouillé de la programmation pour la première fois y’a deux semaines ? Non ? Bah je vous en parlerai dans un futur article, vous verrez ça servira d’illustration à un propos plus vaste sur le HPI. ^^

Sur ce, je vais voir si je ne peux pas me trouver une dernière galette à la boulangerie.

Publicités

4 réflexions sur “Le blog et les livres

  1. Tesra dit :

    Oups me suis ratée sur le changement de paragraphe et ai posté à la place !
    Donc la suite : les bloggeurs sont assez partagés, d’après ce que j’en ai vu, entre ceux qui restent très honnêtes – mais ceux qui se lâchent parfois beaucoup semblent se retenir un peu sur les SP par politesse, alors est-ce toujours aussi honnête ? Peut-être pas, mais c’est ce que je me suis retrouvée à faire une ou deux fois – j’ai démonté le bouquin quand même, mais un peu plus gentiment que ce que j’avais vraiment envie de dire, ce qui m’a aussi amenée à réfléchir sur le fait que quand je démontais vraiment très violemment un texte il y avait quand même un auteur derrière, qui, s’il était toujours vivant, pouvait se sentir blessé. Et il y a aussi ceux qui, dès qu’il s’agit d’un SP, vont tenter de ne parler que de ce qui leur a plu, charge aux lecteurs du blog de lire entre les lignes ce qui a pu ne pas aller… Je préfère ne pas m’appesantir sur ceux qui adorent littéralement tout ce qui a pu leur être donné en SP, là pour moi on est soit dans le lecteur hyper bon public qui a en fait tout aimé de ce qu’il a lu (déjà vu, j’avoue que je n’ai pas vu l’intérêt de ces blogs :p mais c’est un avis personnel), soit dans l’hypocrisie totale, ce qui me fait un peu de peine, car une critique peut être bonne et donner envie de lire le livre à son public sans que le critique ait aimé, et de plus à mon sens on a le droit d’être un peu honnête avec soi-même et de juste dire qu’on a moins aimé certains points que d’autres, au minimum. Et je pense très sincèrement que c’est aussi bien pour l’éditeur de savoir ce qui marche vraiment ou pas, ce qui est bancal ou pas, avec quel auteur il peut peut-être retravailler le texte, ou s’abstenir de travailler, etc.
    Ceci dit comme ton blog est effectivement exclusivement informatif, le refus de SP que tu n’aurais pas spécifiquement envie de lire est à mon sens très logique.

    J'aime

  2. Liliwed dit :

    Bonne nouvelle, y’a encore plein de galettes et même des individuelles chez M*n*prix 😉 (dixit celle qui jurait que c’était honteux qu’on en fasse dès décembre et qui finalement a craqué cette année, parce que c’est vraiment trop bon la frangipane) !
    Bref, je digresse, mais je suis forcée de rire un peu à cette lecture, car je me dis que cette auteure est peut être « un peu » passée à côté de son sujet, si elle se retrouve à demander à une HPI de déroger à sa morale et ses principes (!). C’est con, mais c’est drôle, mais c’est con (c’est même drôlement con comme demande !).
    Ils ont un peu manqué d’honnêteté dans la démarche. Pour ce qui est de trouver le livre ça ne sera pas compliqué vu que ce sera la dernière/prochaine publication de cette dame et du coup pour la pub, elle a un service de presse et ce sera à elle d’en faire la communication, chacun son travail 😉
    Il est en revanche d’usage de remercier quelqu’un qui a témoigné par l’envoi du livre (sans qui il aurait eu du mal à se faire des fois…). Ca n’est pas toujours fait (comme avec le retentissant livre « très intime » de Solange vous parle), mais c’est une courtoisie chouette ^^.

    Aimé par 1 personne

  3. Yvan dit :

    Bonsoir Line,
    Je suis la personne qui a trouvé la ligne dans le billet, sur Le Blog et qui y a rencontré de l’aide …
    Maintenant j’applaudis à votre rigueur morale.
    Seulement il paraît que les HPI sont curieux ( aïe, encore des généralités ! Permises ? ). Et là vous venez de piquer ma curiosité. Mais quel est donc ce livre dans lequel Line a témoigné ?
    Je vais tout faire pour savoir qui il est, je suis si attaché aux écrits de Line ( forme ironique, néanmoins respectueuse je vous assure ).
    En fait cette dame a tout de même réussi a obtenir un peu de Pub.
    Comme pour Shrodinger où la mesure a changé l’état du sujet observé !
    Ceci dit, cette dame a une bien piètre opinion des lecteurs de votre blog, n’avons nous pas suffisamment de libre arbitre pour souhaiter nous faire par nous même une opinion sans obligatoirement tenir les, potentielles, critiques négatives de Line comme étant paroles d’évangile ?
    De plus,
    Madame l’auteur de ce livre, vous avez bien mal réfléchi. Une critique négative de votre livre, par une personne, que je pense capable de pondération, eu été non seulement constructif pour vous mais qui plus est une réelle publicité.
    Car faire de la publicité c’est bien, à minima faire parler d’une chose que l’on souhaite faire connaître.
    A voir les réponses à ce billet, madame l’auteur de ce livre sur le développement personnel, vous perdez au moins trois personnes susceptibles de feuilleter votre ouvrage dans une librairie.
    Merci pour ce moment de détente Line
    PS : Ah c’est décidé, j’irai de ce pas feuilleter un ou des ouvrages de Monsieur Wahl et peut-être en acheter un.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s