Programme 2019

Demandez le programme !

Avant d’aller plus loin, je vous souhaite à toutes et tous une excellente année 2019. Ou du moins une meilleure année que 2018.

Alors maintenant quoi ?
Et bien, maintenant que je suis assurée d’être psychologue un jour (hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, je n’en suis toujours pas remise) je me permets, quand je sors la tête des recherches bibliographiques pour mes mémoires de recherche et de stage, de faire quelques projets.

Le blog

En ce qui concerne ce blog, continuer notamment l’alphabet du HPI.

L’idée m’amuse de plus en plus, même si je me demande quoi aborder pour bien des lettres. Mais c’est un petit défi intellectuel qui me distrait.
Je continuerai aussi de vous parler des livres que j’aurais lu, ou reçu, sur le sujet du HPI et de vous dire ce que j’en ai pensé, très sincèrement. A ce sujet j’ai une anecdote à vous raconter.

Les études

Pour mes études, je vais vivre un espèce de tunnel durant les deux prochaines années, qui risque d’impacter sur le rythme de publication, comme vous avez pu le constater.
Je ferai de mon mieux, mais mes études restent ma priorité.
Donc c’est mémoire de recherche, stage, cours et vous n’êtes pas à l’abris d’être sollicité·es pour m’aider en répondant éventuellement à un ou des questionnaires pour mon mémoire de recherche. 😉

Alors non ce n’est pas sur les surdoué·es. Pour la simple et bonne raison que la thématique ne faisait pas partie de celles proposées dans mon cursus, sinon je me serai jetée dessus. Mais ça n’empêche pas que vous pourriez m’aider, éventuellement. ^^

J’ai donc cette année à la fois un mémoire de recherche à produire (sur le thème de la psychologie et de la justice, en psychologie appliquée, et c’est très intéressant et motivant) ; mais aussi un mémoire de stage à produire à la suite d’un stage de 300h.
Là non plus, il n’est pas question des surdoué·es mais le terrain de stage est vraiment intéressant pour moi. Voir plus bas. 😉

En plus des cours et divers devoirs usuels.

La vie associative

C’est LA grande surprise de 2018 pour moi.
Je me suis engagée depuis peu dans le bénévolat pour l’association Le Refuge. De simple bénévole locale, je suis passée, après seulement un séminaire, à faire partie de l’équipe de coordination nationale au niveau national pour l’association.
Et devinez quoi ? J’y ai retrouvé un autre (T)HQI. C’est-t-y-pas drôle ça ?

Donc me voilà embarquée dans cette belle aventure, d’autant plus belle que j’ai l’immense chance de pouvoir y faire mon stage de M1.
C’est TOPISSIME ! Je vais pouvoir lier mes études et mon engagement associatif et social.
Je suis aux anges.

Mais je suis aussi très concernée, (je cherche la façon élégante et correcte de dire « se mettre la pression » et qui ne soit pas « s’angoisser ») j’ai vraiment à cœur de me montrer à la hauteur. Je fais partie d’une équipe de gens hypers compétents dans leur domaine et qui maîtrisent tellement les relations sociales, les us sociaux… Alors que moi…
Je me suis faite passer au moins 3 fois pour une folle demeurée en moins d’une semaine…
Enfin, ce n’est pas grave, j’assume tout ce que je suis. ^^
Y compris une folle demeurée parfois.

Et tout le reste

Je serai à Paris mi-janvier pour une formation à la détection du mensonge. ^^ (En tant que formée, pas formatrice.)
Je fomente (Lo Husk, si tu me lis : je te dédicace cette tournure de phrase 😉 ) quelque chose dont j’espère pouvoir vous parler cette année.
Je continue, plus que jamais, la danse classique (4 fois par semaine, j’ai atteint ma limite :p).

Et puis ma foi, c’est tout pour le moment.

Encore belle et heureuse année à vous toutes et tous !

Publicités

La suite

Bonzouuuuuuuuuuuuurs les zami•es !

Comment allez-vous ?
J’ai la patate vous n’avez pas idée !

Parce que oui, j’ai été acceptée en master (pro) de psychologie sociale à l’IED. Whouhou !

Mais d’abord pourquoi la psychologie sociale allez-vous me demander ? Quel rapport avec les adultes surdoué•es ?
Je vous explique.
Lire la suite

Oh, je ne vous ai pas dit ?

Dans l’ordre, j’ai validé ma Licence de psychologie avec mention Bien.

Youpi, youpi !

Puis j’ai déposé ma candidature en Master (de psychologie), début septembre.

Glurps.

Et puis, j’ai eu la réponse à ma candidature, la veille de mon anniversaire.

Suspens, angoisse.

Et je suis acceptée.

Le test de QI, ou le révélateur du pouvoir mal placé de (certain•es) psy.

Le pouvoir du ou de la psy

Dans le public restreint de cette la certification au WAIS-IV, il n’y avait qu’une seule autre étudiante (en master, elle). les autres personnes étaient toutes des psychologues diplomé•es.

Au cours des discussions a été abordée la question de quand et pourquoi accepter ou refuser la demande de passation de test de QI d’un•e patient•e.

Lire la suite

Certification à la WAIS-IV

Enfin !
Enfin je me mets à écrire cet article.
C’est fou le nombre d’autres choses que je peux faire dans une journée, au lieu de ce que j’avais initialement prévu de faire.

Donc à la toute fin du moins d’août et le premier jour de septembre, j’ai passé une certification à la WAIS-IV.
Ce qui signifie que j’ai un joli certificat qui dit que j’ai passé plusieurs jours pleins à étudier le test WAIS-IV, à travailler sur des cas pratiques et à interpréter les résultats (autant que faire se peut sur des cas fictifs ou sans avoir administré moi-même le test).
En somme, j’ai un papier qui dit que je sais me servir correctement du test WAIS-IV (et, par association, je devrais pas trop mal me débrouiller non plus avec le WISC-V).

Lire la suite

Certification au WAIS-IV

Bonjour à toutes et à tous !
Demain, je préparerai ma valise pour partir en formation de 3 jours donnée par le spécialiste international des échelles de Wechsler Thiery Lecerf. Cette formation aboutira à une certification pour effectuer la passation du WAIS-IV.

Vous vous souvenez, il y a un moment, je vous faisais le résumé de ce que j’avais appris lors d’une première formation de 3 jours sur le sujet du WAIS-IV.
Et bien cette certification est le prolongement de cette formation. Si elle n’est pas nécessaire pour faire passer le test WAIS-IV elle sera néanmoins un atout supplémentaire, assurant mes futurs patient•es que j’ai été correctement formée à l’utilisation de cet outil et l’interprétation de ses résultats.

J’ai bien hâte d’y aller, et d’en ressortir apte à correctement faire passer le WAIS-IV.

Apte mais pas encore autorisée à… C’est un peu ma façon à moi de forcer le destin. 😉

Je serai donc loin du blog du 30 août au 1er septembre.
Et j’y reviendrai avec un bel article, comme celui de la première formation sur le WAIS-IV.

Etude : « Adultes haut potentiel et rapport au corps : quel impact sur la sexualité ? »

Bon.
Ceci est un travail universitaire, de type mémoire, qui explore la sexualité chez les personnes se déclarant HPI.
 
Je suis gênée par le fait que l’étude repose uniquement sur la déclaration des répondant•es quant à leur nature de HPI.
Mais l’étude aborde succinctement divers aspect de la relation au corps et se demande si le fait d’être HPI y a quelque chose à voir.
 
On peut aussi regretter, comme moi, l’hypothèse de base qui est celle que le HPI induit problèmes et pathologie du rapport au corps et de la sexualité.
J’aurais préféré une exploration qui visait à répondre à la question inverse, du type, « le HPI permet-il une meilleur santé et vie sexuelle et sensuelle? ».
 
Quoi qu’il en soit, si cette étude ne peut évidemment absolument pas nous servir à affirmer quoi que ce soit sur d’éventuels liens entre HPI et santé sexuelle (étant donné que la population d’étude n’est pas effectivement contrôlée HPI) il n’empêche qu’elle aborde des sujets qui j’en suis certaine pourraient en apaiser plus d’un•e, rien que par le fait de voir qu’elles et ils ne sont pas seul•es à éprouver ces sensations là.
 
Bonne lecture !