Pervers Narcissique et HPI

Le pervers narcissique, « c’est quoi qu’est-ce » ?

C’est un concept psychanalytique, dont l’auteur semble être Monsieur Paul-Claude Racamier, en 1992 dans son ouvrage Le génie des origines : psychanalyse et psychoses.
D’après ce que j’en ai compris (et je vous invite à vérifier mes propos, car connaissant mon grand amour de la psychanalyse, il se peut que ma compréhension de ces choses soit sommes toutes partiale) le pervers narcissique est un psychopathe qui ne « passe pas à l’acte ».
Le « passage à l’acte » étant une savante formule pour dire « agir, faire », passer de la pensée (ou fantasme pour rester dans la psychanalyse) à l’action. Ne plus se contenter de rêver de frapper quelqu’un mais le faire réellement.
Donc le pervers narcissique ne serait en fait qu’une sous-catégorie de psychopathe.

Sauf que, comme rien n’est jamais bien clair avec la psychanalyse (mais n’est-ce pas ce qui fait son charme inimitable ?) la définition même de la psychopathie n’est pas bien bien claire non plus.
Et oui, même entre psychanalyste, le débat fait rage : y’a-t-il une différence entre perversion et psychopathie ? Le psychopathe est-il pervers ou le pervers est-il psychopathe ? Ah, mais quel malheur que Freud ne puisse venir notre secours pour nous expliquer que fondamentalement, de toute façon, le pervers et le psychopathe ont en commun une très mauvaise mère et des désirs incestueux qui les travaillent trop fort.
(cf. Ressources Les pervers narcissiques Qui sont-ils, comment fonctionnent-ils, comment leur échapper ?)

Heureusement comme la scientificité et la cohérence absolue sont les deux piliers de la psychanalyse, certains auteurs reconnaissent volontiers cette difficulté de définition et d’étude du phénomène. Je ne résiste pas à vous livrer le passage formidable de l’article « Hystérie et perversion : le pervers narcissique » de Alain Ksensée dans Revue française de psychanalyse 2003/3 (Vol. 67), pages 943 à 958 :

« Racamier s’interrogeait : Où pourrions-nous rencontrer des pervers narcissiques ? « Bien peu dans notre bureau : un pervers ne désire se soigner que s’il ne l’est pas suffisamment. Encore moins sur le divan du psychanalyste : la démarche psychanalytique et la pente perverse sont antinomiques. » C’est la raison pour laquelle il ne nous est pas possible d’introduire par des faits cliniques le présent travail. Toutefois, il nous semble possible d’atténuer cette difficulté. En effet, le recours à des concepts théoriques validés par la pratique psychanalytique pourra nous permettre de limiter un écart clinico-théorique toujours inévitable. »

Faisons donc preuve d’humilité, et reconnaissons les limites que peut parfois présenter la psychanalyse, et tournons-nous vers ce qu’il nous reste, la description statistique, certes moins folichonne mais qui a au moins le mérite de pouvoir être vérifiée, des symptômes et des psychopathologies. Bonjour le DSM-V et la CIM-10 !
Selon cela (et Wikipédia) : il n’y a jamais eu de diagnostic appelé « psychopathie » que ce soit dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (ou DSM) ou la Classification statistique internationale (CIM) des maladies et problèmes de santé connexes.
Malgré les termes similaires, les psychopathes sont rarement psychotiques. Les psychopathes ne sont pas tous violents ; ils utilisent la manipulation pour obtenir ce qu’ils souhaitent. En général, ce sont des individus qui ne ressentent pas d’empathie, ils se soucient peu de ce que les autres pensent d’eux et les utilisent pour atteindre leur but.
On ne sait donc pas vraiment de quoi l’on parle lorsque l’on parle de « pervers narcissique » mais on en parle quand même. Beaucoup. Partout.

Y compris quand on parle de HPI.

Pervers narcissique et HPI, quels liens ?

Et bien je n’en ai pas trouvé. Désolée…
Je n’ai pas trouvé, dans tout ce que j’ai lu (et croyez moi, j’en ai vu des choses…) quoi que ce soit qui démontre un lien cohérent, effectif, exclusif entre HPI et « pervers narcissique ».
Le fait est que la notion de pervers narcissique n’est pas bien définie.
Et ce flou sert bien tout le monde, puisque le manque de définition permet d’y mettre à peu près tout ce que l’on veut y mettre et donc n’importe quoi.
Le lien avec le HPI est peut-être là finalement.
Ils sont l’un et l’autre, deux objets que l’on peut s’approprier facilement et dont on peut tordre la réalité pour arranger nos petites affaires.
HPI et comme PN (pour Pervers Narcissique) représentent des prétextes idéaux pour se décharger d’une bonne part de notre responsabilité concernant des éléments de notre vie que l’on n’aime pas.
Votre histoire d’amour a périclité ? Votre partenaire était probablement un·e PN.
Ou, version HPI, c’est probablement parce que votre esprit est trop différent de celui des autres pour que vous puissiez vous lier facilement aux autres.
C’est pratique, c’est facile.
Pour conclure ce billet je vous laisse avec les mots de M.-L.Bourgeois :

« Dans le cadre du harcèlement moral, le personnage du « pervers narcissique » occupe désormais une place centrale, moins dans le cadre du milieu de travail (où il s’agit le plus souvent de harcèlement stratégique destiné à éliminer un employé indésirable) que dans les relations duelles (couples, familles, rapports interpersonnels et même psychothérapies ou psychanalyses…). Cette construction psychologique paraît dangereuse, explication facile, trop facile, et projective des conflits interpersonnels et en particulier dans le domaine expertal. Ce modèle n’a d’ailleurs jamais été validé. »
(Annales Médico-psychologiques, revue psychiatrique Volume 162, Issue 7, September 2004, Pages 586-587)

 

Ressources :

Annales Médico-psychologiques, revue psychiatrique Volume 162, Issue 7, September 2004, Pages 586-587, M.-L.Bourgeois

Hystérie et perversion : le pervers narcissique, Alain Ksensée, Dans Revue française de psychanalyse 2003/3 (Vol. 67), pages 943 à 958

Le génie des origines: psychanalyse et psychoses, Paul-Claude Racamier, Payot, 1992 – 420 pages

Les pervers narcissiques – Qui sont-ils, comment fonctionnent-ils, comment leur échapper ? – Poche Jean-Charles Bouchoux