L’Hypersensibilité

Vous ne manquerez pas de lecture sur le sujet sur internet.
Tapez « hypersensibilité » dans votre moteur de recherche et vous aurez pléthore de liens, surprenants par la consistance de leur discours. Les uns et les autres rabâchent joyeusement la même chose, et en plus de partager le même contenu, ils partagent également la même caractéristique : ne se référer à aucune source.
Il s’agit en grande majorité de contenu purement déclaratif, d’affirmations et de définitions diverses et variées, sans qu’aucun moyen ne nous soit proposé pour en vérifier la validité.

J’en ai eu assez, et je me suis mise en quête de réponses.
Je ne prétends pas que cet article soit exhaustif, mais j’ose penser qu’avec les quelques éléments que vous trouverez ici, vous pourrez compléter vos propres recherches sur le sujet et vous construire une opinion plus fine par vous-même.

C’est parti.

Lire la suite

Génie ou Surdoué·e ?

Bonjour à toutes et à tous !

Avant de vous plonger dans le vif du sujet, je tenais à remercier ici toutes celles et tous ceux qui ont pris la peine et le temps de m’écrire ici un ou par mail un petit mot d’encouragement et/ou de réconfort suite à mes derniers billets.
Cela m’a fait du bien, merci.

Ceci étant fait, parlons du sujet qui fâche : la différence entre génie et surdoué(e).

Lire la suite

HPI et HQI, de quoi parle-t-on ?

C’est une question qui me turlupinait depuis un moment déjà.
Lors de mes formations et certifications au WAIS-IV (le test de QI pour adultes dans sa 4e version) notre formateur, professeur (docteur) en psychologie de l’université de Lausanne et spécialiste en psychométrie affirmait qu’il existait une différence entre HPI et HQI ; en particulier que l’on pouvait avoir un HQI (Haut Quotient Intellectuel) et ne pas être ou avoir un HPI (Haut Potentiel Intellectuel) pour autant.

Lire la suite

Certification à la WAIS-IV

Enfin !
Enfin je me mets à écrire cet article.
C’est fou le nombre d’autres choses que je peux faire dans une journée, au lieu de ce que j’avais initialement prévu de faire.

Donc à la toute fin du moins d’août et le premier jour de septembre, j’ai passé une certification à la WAIS-IV.
Ce qui signifie que j’ai un joli certificat qui dit que j’ai passé plusieurs jours pleins à étudier le test WAIS-IV, à travailler sur des cas pratiques et à interpréter les résultats (autant que faire se peut sur des cas fictifs ou sans avoir administré moi-même le test).
En somme, j’ai un papier qui dit que je sais me servir correctement du test WAIS-IV (et, par association, je devrais pas trop mal me débrouiller non plus avec le WISC-V).

Lire la suite

Le mythe de la pensée en arborescence

 – Cet article est divisé en deux parties : Première partie, un point scientifique, où je m’appuie sur des recherches et des faits démontrés.
Seconde partie : une réflexion personnelle (qui mériterait probablement d’être mieux structurée, mais là tout de suite, j’ai chaud, j’ai soif, j’ai sommeil et je n’ai pas envie) qui ne s’appuie que sur mes idées.
Attention donc de ne pas confondre les deux. 

Allez c’est parti. – 

Introduction 

Voilà un gros morceau.

Cet article fait suite à une de mes réponses à un commentaire de l’article du 2 juillet dernier où je précisais que j’allais expliciter plus avant ma remarque sur le mythe d’un fonctionnement de pensée qualitativement différent des surdoué•es par rapport aux non-surdoué•es.

C’est une remarque que l’on me fait souvent, à savoir que les surdoué•es auraient une pensée différente dans sa qualité de la pensée des non-surdouée : la fameuse pensée en arborescence érigée plus qu’à son tour en critère diagnostic du HPI.

Et bien c’est FAUX.

Oui, je sais, ça fait un choc. Asseyez-vous et prenez un verre d’eau, ça va aller.

Lire la suite

Le HPI ce n’est pas l’autisme.

Bonjour à toutes et à tous !

C’est un sujet délicat pour plusieurs raisons pour moi.
Parce que je sais qu’il est « en vogue » dans le petit monde de la neuro-atypie française.
Parce que je vais évoquer un sujet que je ne maîtrise pas pleinement (et je suis toujours très mal à l’aise de faire cela) et parce que je vais parler de troubles psychopathologiques dont la réalité est parfois très difficile à vivre, que ce soit pour les concerné·es ou leurs aidant·es.

Lire la suite

Formation au WAIS-IV – Bilan

Vous l’attendiez avec impatience je sais, le voici, le petit retour sur ma formation au WAIS-IV.

Contexte 

J’ai suivi une formation au test de QI WAIS-IV, sur deux jours. La formation était proposée par l’AFPAG. Le formateur était spécialiste en psychométrie, et donc des tests d’évaluation des capacités cognitives en général (WAIS, WISC, K-ABC, MEM, etc…) .

Donc le monsieur il s’y connait.

C’était une formation destinée au psychologues, pour mieux maîtriser l’outil que sont les tests Wechsler, bien comprendre sa structure, les principes sur lesquels ils reposent, et nous doter d’analyse croisées des résultats (très intéressants) pour tirer un maximum d’informations des résultats.

Les GROSSES révélations

EDIT : cet article a été initialement rédigé fin 2017, aujourd’hui, fin juin 2020 la progression de mes connaissances sur le sujet m’amène à corriger certaines parties de cet article. 
La formation portait sur l’utilisation de l’outil que sont les échelles de Wechsler, et pas spécialement sur le HQI. De fait, quelques précisions/corrections peuvent aujourd’hui être apportées.
A toutes fins utiles, je rappelle que pour ma part, j’utilise HPI et HQI comeme de strictes synonymes, qui signifient l’un et l’autre présenter un score de QIT égal ou supérieur à 130. Ou autrement dit, être surdoué(e). Un article sur les distinctions entre HPI/HQI est à venir.

J’ai donc appris des tas de choses, certaines m’ont plut, d’autres moins. Mais que l’on aime ou non les résultats de le science, ils n’en sont pas moins valables. (Encore faut-il qu’il s’agisse effectivement des résultats de recherches validés par une méthodologie scientifique rigoureuse, et pas « seulement » d’une expérience clinique)
Donc on fait avec.

Donc voici la liste de ce que j’ai appris et dont je vous ai donné un avant goût (presque cruel) sur facebook :

Lire la suite

La neurobiologie du HPI

Attention GROS MORCEAU !

Cet article ne prétend pas être exhaustif, mais bien informatif. Comme d’habitude, et particulièrement pour un sujet aussi pointu, vous trouverez les sources m’ayant permis d’écrire cet article en bas de page.

On parle beaucoup de l’aspect psychique, émotionnel, de la différence des personnes HPI. On en oublierait presque que la différence s’inscrit également (je dirais même avant, parce que cet aspect peut-être prouvé, vu, démontré objectivement) dans la physiologie même de la personne HPI, comparée à une personne non-HPI.

Nous ne sommes, littéralement, pas fait•es pareil que les non-HPI.

Explications.

Lire la suite