Petite fierté des ces 15 derniers jours

Je devais corriger des travaux de mes camarades de promotion dans le cadre d’une initiation à la recherche. C’est ce qu’on appelle l’évaluation par les pairs.

Or, alors que nous avions un délais précis pour évaluer les travaux reçus, nous n’avions pas critères précis de notation, mais seulement des consignes globales.

De fait, j’ai donc bidouillé joyeusement une notation selon les consignes données, et fait mon travail selon cela, dès le 2e jour du délais donné pour faire les évaluations.

Deux ou trois jours plus tard, la professeure en charge de notre évaluation nous livre les consignes de notation : il s’agit exactement (j’hésite à dire mot à mot) du petit paragraphe introductif que j’ai noté sur chacune des évaluation dont j’avais la charge pour expliquer ma notation (réalisée sans consignes précises avant l’intervention de la professeure).

J’étais très fière de moi.

Reçus ! – les « Que sais-je , » du Dr Wahl

WP_20170512_16_42_55_Pro

Je vous promets donc un petit billet sur chacun des deux ouvrages.

J’ai entamé celui sur les adultes (forcément) et déjà je suis séduite.
Le français utilisé est un plaisir, et l’auteur ne manque pas d’humour ! D’ailleurs, il le fait avec un certain brio littéraire, puisqu’il nous offre un joli contraste entre le raffinement de son langage et le caractère direct et plus percutant de ses traits d’humour.
Un délice (pour moi) !

A bientôt donc pour une petite revue sur l’intégralité de l’ouvrage (j’ai déjà des citations ajoutée à mon catalogue :p).

Pendant ce temps, chez les enfants HPI

Et même, même dans un extrait d’un reportage qui se veut bienveillant, on a la petite phrase qui fait mal. Le petit truc qui les pointe du doigt comme, quand même, des enfants « ingérables ».

« Ca remue beaucoup […] c’est bruyant, […] ils passent beaucoup de temps dans le bureau de la directrice à comprendre leur propre comportement, […] quand ils sont agités, ce qui n’est pas rare […]. »

Le discours positif de la directrice semble du coup complètement paradoxale, alors que – à mon avis – c’est ce message qui est à retenir.

Ah oui, quand même…

Et dire que je suis allée à cette émission en me disant : « De toute façon, personne ne regardera. C’est un sujet qui touche trop peu de monde.  »

Parfois, je suis d’une naïveté qui confine à la bêtise (Thérèse).

vues
C’est fou.

Je sais que ce n’est rien 11 500 vues, je sais bien.
Mais pour moi c’est déjà énorme ! Je trouve ça incroyable que plus de 11 000 personnes aient écouté mon histoire.

C’est fou !

SPOILER

Ou quand vous apprenez que , peut-être, je cite « votre potentiel est peut-être encore plus grand que ce qu’on a estimé ».

Bienvenu dans les méandres de la découverte de potentiels troubles cachés ! Whouhou ^^