La neurobiologie des HPI

Attention GROS MORCEAU !

Cet article ne prétend pas être exhaustif, mais bien informatif. Comme d’habitude, et particulièrement pour un sujet aussi pointu, vous trouverez les sources m’ayant permis d’écrire cet article en bas de page.

On parle beaucoup de l’aspect psychique, émotionnel, de la différence des personnes HPI. On en oublierait presque que la différence s’inscrit également (je dirais même avant, parce que cet aspect peut-être prouvé, vu, démontré objectivement) dans la physiologie même de la personne HPI, comparée à une personne non-HPI.

Nous ne sommes, littéralement, pas fait•es pareil que les non-HPI.

Explications.

Lire la suite

Publicités

Connaissances, compétences et intelligence

Le plus souvent ce n’est qu’une impression, une supposition. Je me fie à ce que je lis entre les lignes.
Et puis de temps en temps, parce que mine de rien il faut du courage pour être aussi frontal, du courage ou de la simple méchanceté ; de temps en temps donc on me le dit très directement : parce que je manque d’une ou plusieurs connaissances, ou que certaines compétences chez moi ne sont pas absolument et totalement maîtrisées, alors je dois être une menteuse et ne peut pas être surdouée.

De l’expérience …

Malheureusement pour moi, je suis encore trop facilement atteinte par ce genre de propos.
C’est aussi pour cela Lire la suite

Découvrir que mes réflexions ne sont pas complètement ineptes.

Ou « Quand mes analyses personnelles sont confirmées par la recherche. *Joie* »

Bonjour à toutes et tous !

Je reviens après un bon moment de non production. Mes écrits sont donc, en ce moment majoritairement destinés à mes productions universitaires.

La bonne nouvelle pour ce blog, c’est que mes recherches bibliographiques m’amène à plonger dans un délicieux univers de recherches scientifiques sur le HPI, et des recherches récentes ! Okay, je précise, récentes ça veut dire dans les 17 dernières années.

Oui bah dites-vous que des recherches sur le HPI, même s’il y en a, c’est pas non plus le sujet préféré des chercheu-r-se-s psychologues. Surtout le HPI chez les adultes.
Donc hein, on fait avec ce que l’on a.

Bref, dans ce billet je vais vous parler de l’étude de J.Lautrey : « Hauts potentiels et talents : la position actuelle du problème » datant de 2004.
Je vous conseille très chaleureusement sa lecture, qui vous donne un bon aperçu du panorama sur le HPI dans la recherche.
Vous y trouverez l’état des lieux sur la terminologie, mais aussi, et c’est là que c’est intéressant, un balayage complet des différentes conceptions de l’intelligence, en passant des conceptions « traditionnelles psychométriques » jusqu’au concept des intelligences multiples de Gardner.

La très bonne surprise pour moi, c’est le passage sur les intelligence multiples justement. L’auteur analyse cette conception de l’intelligence et la rapproche du QI et de sa mesure par le test psychométrique. Quelle plaisir pour moi de constater que son analyse est semblable à ma petite tentative de compréhension et d’analyse des intelligence multiples dans ce billet.

Je suis heureuse de constater que ce qui est une analyse personnelle de concepts divers, n’est pas un simple délire individuel.
Je suis heureuse de constater que, même si mes billets ici sont toujours à prendre comme uniquement des réflexions personnelles,  ces réflexions ne sont pas complètement à jeter à la poubelle, puisqu’elles croisent aussi l’état « actuel » de la recherche sur le sujet.

Quoi qu’il en soit, cette joie personnelle mise de côté, je vous invite très très vivement à toujours vous faire votre propre avis sur une question, à toujours questionner ce que les autres déclarent, et même à le vérifier.

Voici donc de quoi nourrir votre propre réflexion sur le sujet de la fausse opposition, en PDF :
« Hauts potentiels et talents : la position actuelle du problème » de  J.Lautrey. 2004.

Attention à ce que vous lisez sur le net.

Voici un bel exemple de contenu à prendre avec des pinces à barbecue. Les pincettes me semblant dans ce cas bien trop petites.

http://hypersens.fr/Les-surdoues-ne-sont-pas-ceux-que.html

Dans l’article, après nous avoir dit comme le QI est une mesure surfaite et finalement vide de sens ou presque (bah voyons) vient ce passage M-E-R-Veilleux :

Les « surdoués » émotionnels développent souvent une autre forme d’intelligence, pourtant moins connue : l’intelligence perceptive. De nombreuses personnes, sans oser l’avouer, ont développé d’incroyables capacités perceptives : intuition mais aussi hyperesthésie – terme scientifique pour désigner le fait d’avoir les cinq sens dotés d’une acuité exceptionnelle – précognition, extralucidité, clairvoyance…

« Plus vous êtes empathique, plus vous allez avoir la capacité de lire le langage non verbal et de capter des informations, assure Christel Petitcollin. De comprendre les autres au point de pressentir leur personnalité, leurs attentes et leurs pensées. Les personnes que j’ai pu identifier comme surefficients, vivent aussi, bien souvent, des expériences inexpliquées : de la télépathie aux rêves prémonitoires en passant par des états extatiques de paix et d’amour pur, de sensation de communion avec la nature, et parfois plus : comme la capacité à percevoir les auras, à ressentir des entités et autres présences occultes, à se souvenir de vies antérieures, à se connecter à d’autres dimensions… » Si ces capacités perceptives ne sont pas encore reconnues par la majorité de la communauté scientifique, certaines recherches tendent à démontrer leur existence et à changer notre regard sur l’être humain qui ne doit plus être simplement vu comme un cerveau sur pattes.

Là on nous vend du rêve. De l’extra-lucide en fait.
Et oui, parce que bon, être surdoué, avoir un gros QI c’est surfait donc, ce n’est pas tout. Mais quand même, les surdoués peuvent êtres des médiums et ouais !

Attention, je ne blâme aucune croyance. Mes propres croyances en ferait rire beaucoup, et je les assume. (Non je ne crois pas aux licornes. Pas encore.) Mais je ne confonds pas ma vie spirituelle et ses questionnements qui cherchent le « pourquoi ? » avec les sciences de notre monde qui cherchent à répondre au « comment ? ».
Chacune des deux sphères à son champ d’étude et d’investigation, et les mélanger n’est pas sans risque. Pour les deux champs.

Je disais donc, on touche le pompom.

D’abord l’article nous dit que, en résumé, le QI c’est nul, ça n’est pas ce qui définit les surdoué-e-s.  On est vachement content-e. Pourquoi pas hein, mais dans ce cas, ce serait bien de nous dire ce qui définit les surdoué-e-s. Non parce que, comme l’article ne cesse pas de parler de ces personnes là, ce serait bien de savoir de qui il s’agit.

Alors on ne sait pas bien de qui il s’agit, ni comment on les définit ces surdoué-e-s selon cet article, mais par contre, et là les choses commencent à être intéressantes, on nous dit les fabuleux pouvoir magiques qu’ils détiennent.
D’accord, l’article de ne dit pas « pouvoir magique » mais « incroyables capacités perceptives ».
Ouuuuuuuuuuuuuuuh.

Je vous laisse savourer la liste ci-dessus.
Ami-e-s surdoué-e-s réjouissez-vous, vous êtes des extra-lucides potentiels ! WHOU-HOU !
Par contre, si – pas de bol – vous êtes d’une quelconque confession qui a plutôt tendance à condamner ces choses là et à les qualifier de diaboliques, bah…visiblement le/les auteurs de l’articles ne pensent pas à vous, ni à vos âmes visiblement. Débrouillez-vous donc.
(Ce paragraphe est mesquin, je sais. Mais il n’empêche que certaines personnes peuvent mal vivre l’idée d’être, par nature, rejeter par leur confession. Comme, je ne sais pas, les personnes homosexuelles dans les confessions qui les condamne par exemple !)

Au-delà de cet philosophico-religieux, j’aime beaucoup, mais alors beaucoup, la suite d’affirmations sans aucune sources ou lien sur les soi-disant recherches évoquées.
Ca c’est du béton comme démonstration.
Le coup de « j’ai un-e ami-e qui dit que » c’est mignon dans les réunions de famille, mais en tant que démonstration scientifique, ça n’est pas recevable.
Désolée.

D’accord, d’accord, je vous entends me reprocher ma mesquinerie, mon âpreté et peut-être même ma méchanceté.
Pour la méchanceté, je proteste. Pour le reste, je ne peux qu’humblement reconnaître que c’est possible.

Alors venons-en à du concret, du scientifique, de l’objectif.
Comme je le disais plus haut, toutes affirmations sur l’état des connaissances scientifiques doit être soutenue par une citation de la publication scientifique qui relate cet état de fait.
Sans cela, toute affirmation relève des « on dit » et n’a pas de valeur scientifique. Ensuite, dans l’ article qui m’occupe, il y est question d’hyperesthésie. Et cette hyperesthésie est décrite comme une « capacité perceptive » qui a été développée par des personnes surdoué-e-s.
C’est tout simplement doublement faux.
L’hyperesthésie est considéré comme un trouble voir une pathologie. C’est une anomalie sensorielle.
 Définition selon Vulgaris Medical « L’hyperesthésie est la sensibilité exacerbée des différents sens. Cela affecte la perception des sensations : Douloureuses, vibratoires, thermiques, tactiles. »

Cette condition n’est pas quelque chose que l’on développe, c’est à dire ce n’est pas quelque chose que l’on peut faire grandir, progresser ou augmenter. C’est une condition qui est soit de naissance (parce que votre système sensoriel/nerveux est fait ainsi) soit qui est la conséquence d’une lésion nerveuse ou d’une pathologie nerveuse ou d’un problème rhumatologique. (cf.Vulgaris Medical)

L’article se lance ensuite (joyeusement) dans une énumération d’hypothèses qui mêle joyeusement capacités hypothétiques de l’esprit et carrément croyances diverses et variées sur l’âme, la vie après la mort, etc.

Enfin, pour finir de passer un pseudo-vernis scientifique, on conclut en citant une dame, qui est sans doute tout à fait compétente dans ses domaines d’activités mais qui n’est absolument pas scientifique, a qui l’on a fait des EEG en état normal et en état de transe.
Pour éclairer la chose, un EEG est une façon de visualiser l’activité cérébrale en la traduisant en compilations de tracés.

Voici une présentation de ce qu’est un EEG

On le sait depuis un certain temps maintenant, la méditation, la prière et la transe sont des activités qui modifie l’activité cérébrale. C’est à dire (grosso modo) que l’activité électrique de notre cerveau change de longueur d’onde.
Si cette constatation est actée par les sciences, aucune corrélation ou causalité avec des soi-duisant capacités occultes ou parapsychique n’ont été démontrées.
Pour la bonne et simple raison que l’existence de ces capacités parapsychique n’a pas été démontrée.
Donc faire un lien avec quelque chose qui n’existe pas (en théorie) c’est compliqué.

Aussi, cette citation n’a rien à voir avec le sujet du QI ou même des surdoués.

Enfin, la référence de l’article : INREES.
Institut qui n’a de national que le nom, car c’est une structure privée, dont la robustesse scientifique et l’objectivité restent à démontrer.

Conclusion

Voilà une belle illustration de quelques unes de mes convictions quant au sujet des surdoué-e-s/personnes HPI/etc :
1) Le sujet fait (complètement) fantasmé.
2) L’idée d’un haut QI dérange. On semble s’acharner à « détruire » la validité de cette mesure, comme si la frustration de ne pas être concerné (par le HQI) était trop insupportable pour ne pas dénigrer cette chose qui ne nous concerne pas.
3) Il est nécessaire de parler du HPI et d’en parler correctement.

Pour ce troisième point, je précise ce que j’entends par correctement.
Correctement c’est à dire avec honnêteté, lucidité, et précision.
L’honnêteté, consiste à ne pas se déclarer expert-e quand on ne l’est pas.
La lucidité consiste à reconnaître ce que l’on sait et ce que l’on ne sait pas (et entre nous, c’est de ne pas savoir qui est intéressant, puisque cela nous pousse à apprendre ! Donc pas de honte quant au fait de ne pas savoir. Personne n’a reçu la science infuse à la naissance.).
La précision, c’est de vérifier qu’on ne dise pas des bêtise, citer ses sources, utiliser les bons mots pour les bons concepts, etc.
C’est aussi ne pas mélanger les choses.

Nous avons le droits d’avoir toutes les croyances que l’on veut. Mais l’honnêteté intellectuelle nous oblige à faire la distinction entre ce que l’on croit -même dur comme fer- et ce qui est démontré par la science.

Sur un sujet encore très obscure pour la science comme le HPI, il est facile de dire tout et n’importe quoi. D’autant plus quand les personnes concernées sont potentiellement fragilisées et/ou en souffrance de part leur différence.

Aussi, je vous encourage à maintenir un esprit très très très critique quant à ce que vous lisez sur le HPI.
Je vous conseille de vous en tenir aux références scientifiques revues, base de donnéesn maison d’éditions spécialisée : Nature, American Psychology Association, Société Française de Psychologie, Cairn Info, Persée, Dunod, etc.

Et évidemment, site hautement référencé, sérieux, impliqué, honnête, précis, et drôle : ce blog.

giphy
(Je plaisante. Mais quand même, je tâche de ne pas vous raconter de bêtises quand même !)

QI or not QI ?

Ou plutôt, QIT or not QIT ?

D’abord comprenons bien ce qu’est le test psychométrique WAIS-IV.

Le WAIS-IV est une compilation d’épreuves destinée à donner une mesure du fonctionnement cognitif d’une personne, comparativement à son groupe d’âge, au sein de sa culture de référence.
Les épreuves donnent une mesure de ce que l’on appelle l’efficience intellectuelle, en gros de vos capacités cognitives si vous préférez.

Pour obtenir cet état des lieux, le test explore à travers ses épreuves différentes capacités cognitives, qui sont résumées dans les indices qui vont permettre de calculer le QIT.
Ces indices se nomment, pour le WAIS-IV : Indice de Compréhension Verbale (ICV), Indice de Mémoire de Traitement (IMT), Indice de Raisonnement Perceptif (IRP), et Indice de Vitesse de Traitement (IVT).
A eux 4 ils forment le QIT.
Soit pour que vous compreniez (mais ce n’est pas le véritable calcul hein) :

ICV + IMT +IVT +IRP = QIT

Je ne vous décrirai pas plus avant le test de QI ici, parce que tout test en psychologie est d’autant plus parlant que je sujet qui le passe est « naïf », c’est à dire, ne sait pas à quoi s’attendre, ne sait pas ce qui est étudié à travers quel outil.
Lorsque l’on sait ce qui est attendu ou cherché par quelqu’un, on a tendance à mettre en place des mécanismes d’adaptation, qui masquent le fonctionnement spontané de notre pensée.

Et puis, vous savez c’est un peu comme se préparer à un examen ou un test.
Si vous connaissez les questions à l’avance, ça n’a plus trop d’intérêt.

Ceci étant, si certain-e-s d’entre vous veulent absolument tout savoir, vous trouverez ici un article descriptif du test.

Le QIT qu’est-ce que c’est donc ?

Le QIT c’est donc l’indice qui vous donne une vue générale sur vos capacités intellectuelles, selon votre âge et votre culture d’appartenance.
C’est un indice.
Il vous donne donc une indication sur l’efficience de votre fonctionnement cognitif par rapport aux gens de votre âge et de votre culture/pays.

Qu’est-ce qui divise les psychologues en France au sujet du QIT ?

Il existe deux courants en France à ce sujet.
Les psychologues qui considèrent que le QIT est un indice aussi utile et parlant que les autres.
Et ceux et celles qui considèrent que le QIT n’a plus ni de sens ni d’utilité et que l’avenir des tests psychométriques est de ne plus fournir de QIT.

Ceux et celles du premier courant, appelons les les « pour QIT », considèrent que le QIT est un indice robuste (comprendre avec du sens et correctement construit) qui donne une indication utile sur le fonctionnement cognitif global d’une personne.

Ceux et celles du second courant, les « contre QIT » considèrent que cet indice est comparable à une sorte de moyenne générale, et qu’il ne serait pas assez parlant pour les individus qui passent le test. C’est à dire pour quelqu’un qui n’a pas la connaissance complète de la construction et de la cotation du test de QI.
Ces professionnel-le-s considèrent souvent que l’intérêt des tests psychométriques est de déceler les forces et éventuelles faiblesses du fonctionnement cognitif, ce qui est donné par l’analyse des 4 indices mais pas du QIT.
Exemple : les indices sont comparés aux notes dans certaines matières, le QIT la moyenne générale. Si un-e élève à 16 en maths et 4 en français, il aura une moyenne de 10. En se basant juste sur sa moyenne générale, on pensera qu’il s’agit juste d’un-e élève moyenne, et on passera à côté de ses difficultés en français et de ses aptitudes en maths.

Qu’est-ce que j’en pense moi, petite étudiante en psychologie, surdouée ayant passé le test et ayant fait passer ce test à d’autres ?

Je suis une femme de données.
Plus j’en ai, mieux je me porte.
Je considère que le QIT est un indice, au même titre que les 4 (ou 5 pour le WISC-V) autres, et que tous ont leur signification.
Je ne crois pas que la question soit celle de l’utilité ou inutilité du QIT, mais celle du pourquoi le test est passé.

Si le test a pour but de déceler les forces et faiblesses éventuelles du fonctionnement cognitif d’un individu, ce ne sera même pas les sous-indices (ICV, IMT, IRP, IVT) qui seront intéressants, mais le calcul d’écart à une moyenne de performance qui est calculé en interne au test et qui n’est pas communiqué sur les résultat tel quel.
C’est à dire que ce qui sera restitué sera que tel ou tel indice est une force ou une faiblesse, mais pas le calcul ou le résultat qui permet d’affirmer cela.
Et, dans ce cas, effectivement le QIT ne sera pas utile.

Si le test est passé pour, par exemple, avoir une réponse quant à un fonctionnement cognitif particulier, ou global, le QIT est un indice qui me semble parlant et pertinent, puisque c’est lui qui nous situe au sein de notre population de référence. Et qui nous donne une idée de nos capacités intellectuelle globales.

Qui plus est, un test psychométrique n’est pas qu’une affaire de nombres et de calculs. C’est aussi une histoire d’interprétation, et de sensibilité clinique du/de la psychologue.
En effet, il y a des questions qui ne sont pas tranchées scientifiquement concernant le test de QI.
Par exemple, on sait que s’il y a trop d’écarts entre les indices (ICV, etc), le calcul du QIT n’est pas forcément pertinent. Le « trop » n’étant pas déterminé précisément, une valeur indicative est donnée. Mais c’est une valeur indicative, rien de plus.
Au-delà de cet valeur d’écart le calcul n’est donc pas impossible, mais de moins en moins pertinent.
Comprenez par là que le calcul mathématique est toujours possible mais que plus il y a d’écart entre les indices, moins le QIT sera représentatif des capacités globales du sujet.
Reprenez l’exemple des notes et de la moyenne générale plus haut pour visualiser la chose.
C’est là que la sensibilité clinique et le jugement de la /du psychologue interviennent. C’est au/à la psychologue de juger à partir de quel écart entre les indices il/elle estime que QIT aura encore du sens, pour le profil de l’individu.

Alors QIT or not QIT ?

Comme souvent, ma réponse est : ça dépend.
Une indice n’a de valeur que selon le pourquoi qui vous fait rechercher cet indice.

Personnellement, je prends tous les indices possibles, parce que j’estime que l’on n’a jamais trop de données pour comprendre un sujet.

Certain-e-s psychologue aujourd’hui refuseront carrément de vous donner un QIT. C’est leur choix et leur droit.
Vous avez le droit de leur demander pourquoi, de discuter avec eux/elles à ce sujet et de choisir ou non de passer le test avec lui/elle en fonction de tout cela.

Vous trouverez toujours aussi des psychologues qui accepteront de vous donner un QIT à l’issue d’un test. Mais gardez à l’esprit que ce n’est pas le seul indice qui compte, et qu’un résultat de test psychométrique qui ne vous donnerait que un QIT présente aussi un intérêt moyen.
(Bon il y a aussi des situations où les gens veulent seulement un QIT pour pouvoir entrer dans une structure qui sélectionne sur ce seul critère. Dans ce cas, on peut se contenter d’avoir juste un QIT et c’est tout. Selon moi, se contenter de cela c’est ne pas exploiter au maximum ce que peut apporter un test de QI, mais libre à chacun-e d’en prendre ce qu’il/elle veut.)

Un « bon » compte rendu de test psychométrique, est un compte-rendu qui vous permet de comprendre votre fonctionnement cognitif, qui ne vous donne pas juste des nombres, mais surtout du SENS.

#HPI #QI #test #HQI #QIT

« Immaturité sociale »

J’ai découvert ce concept lors de mon stage, quand j’échangeais avec la neuropsychologue qui m’encadrait, sur les rapprochements et similitudes que l’on pouvait observer chez les personnes HPI et chez les personnes atteintes d’autisme.

Et là, parmi les décallages sociaux a jailli, concernant les HPI (et moi directement puisque dans cette conversation, je ne pouvais décemment bien parlé que de moi, ne pouvant et ne voulant pas me considérer comme une base sur laquelle faire une généralité) qu’il y avait une « certaine immaturité sociale ».

PAF !

Je me suis prise un soufflet intellectuel.
J’ai été renvoyée 17 ans en arrière, quand je reçevais les observations d’un conseil de classe, et qu’un prof m’avait qualifiée de « jeune d’esprit » (et ce n’était pas un compliment).

J’ai donc encaissé le (petit) coup.
Et j’ai ravalé ma réplique, que je vous livre ici : « Parce qu’évidemment c’est nous/moi qui sommes inadapté-e-s et pas la société qui aurait des attentes et des standards incensés. »

Je ne sais pas si cette « immaturité sociale » est considérée comme un critère sémiologique du HPI.
Ou si c’est une observation/interprétation personnelle à la personne avec qui je discutais. Interprétation/observation qui est à considérer et à laquelle je porte une vraie valeur, vu la professionnelle qui l’a émise.

Il n’empêche que ce décalage social existe, au moins dans mon cas.
Je ne le nie pas et ne le nierai jamais.
Là où je suis chiffonnée, c’est que l’expression choisie, « immaturitée sociale » traduit quelque chose d’incomplet, d’inachevé, quelque chose qui n’a pas terminé son developpement.
Or, ce n’est pas que je n’ai pas fini de comprendre les attentes et normes sociales. Je les connais, je les « comprends » – dans le sens où intellectuellement je sais de quels concepts il s’agit – et si j’avais aussez d’énergie et de volonté à gaspiller, je les appliquerais.
C’est juste, et je paraphrase en cela le Dr. Olivier Révol dans sa conférence d’Orléans en octobre 2016, que je connais et maitrise les conventions sociales, mais que ça n’a pas d’interet pour moi.
Pas tout le temps du moins.

Voyez vous, l’exemple qui a été pris pour illustrer cette immaturité sociale était que pendant les réunions de travail, je pouvais aller sur mon téléphone ou travailler sur mon ordinateur en même temps.
Dans le premier cas, j’avais besoin de m’occuper l’esprit à quelque chose de plaisant. Dans le second, je pouvais, tout bêtement, prendre en note ce qui était dit.
Exactement ce que faisaient les autres gens présent-e-s autour de la table de réunion, mais avec papier et stylos…
Bref ces comportements d’attention partagée ont été en premier abord interprétés comme de la distraction et de l’inattention, de la dispersion, avant d’être expliqués par la personne qui m’encadrait et qui a précisé « ma condition » et mes particularités de fonctionnement.

Je trouve cet exemple très interessant. Il est pour moi très éclairant et représentatif de mes difficultés au travail, et j’en suis convaincue, de celles que peuvent rencontrer beaucoup d’autres HPI, particulièrement les femmes (de part les clichés et attentes genrées qu’on a vis à vis d’elles) au travail.

Constatations

Il y a décallage entre ce que les autres attendent et croient percevoir et ce que je fais vraiment.
Il y a  décallage entre ce que je perçois comme essentiel et ce qui est essentiel pour les autres.
Et dernier point, mais pas des moindre, les autres, la société, ne se remet pas du tout en question.

Pour les deux premiers points, ça n’a rien d’une découverte.
Pour le second, c’est une prise de conscience amère, je dois l’admettre.

Pas une seconde, dans la discussion, il n’a été question de se dire que l’on pouvait aussi envisager les choses sous un angle différent.
Dans le discours de l’immaturité sociale des HPI, on considère que le « bon comportement » que « ce qui doit être » et donc ce qui est « valide » est ce que la société attend. Ce que les codes sociaux demandent.
Il y a une valence dans la considération des comportements, qui place celui du HPI comme étant « celui qui ne convient pas » et celui attendu par la société comme « celui qui convient ».

Je ne suis pas d’accord.
Ce n’est pas parce que ce comportement est attendu dans notre société, dans notre culture à cette époque, qu’il est « bon » de façon absolue.
Ce comportement est une attente particulière, dans un cadre particulier et surtout il est purement subjectif.
Ce n’est pas qu’il est plus correct qu’un autre, c’est qu’il correspond à un cadre précis, à un instant précis, et surtout il correspond parce qu’une majorité de personnes le reproduit, s’y plie et le perpetue.

Mais le mien de comportement, cette soi-disant immaturité sociale, en quoi est-il « mauvais » ?
Parce que, même si je suis sur mon telephone et/ou sur mon ordi en même temps que je suis en réunion, je fais mon travail.
La tâche qui m’est confiée est faite, et bien faite, dans les temps attendus (voir avant).

Alors quid ?

Conclusion

Il n’est pas question de tout jeter à la poubelle. Les attentes sociales de notre culture et société nous permettent de vivre ensemble. Plus ou moins bien, mais il n’empêche que ça fonctionne aussi.
Donc, je n’en suis pas arrivée à me dire qu’il fallait tout brûler et se mettre à déambuler tou-te-s nu-e-s dans la rue.

Je me suis bornée à cette immaturité sociale déclarée, dans le cadre du travail.

J’en ai conclu que ce terme était inadapté, mais tout à fait parlant quant au refus de la société de se penser autrement que comme « ce qui est correct à faire ».

La réalité des HPI n’est pas que nous sommes incapables de suivre les règles implicites des codes sociaux. Je crois pouvoir le dire sans trop de risques.
Non, nous les comprenons.

Mais je crois que pour certain-e-s, certains de ces codes sont vides de sens. Ils sont perçus comme inutiles, encombrants et/ou ridicules.
Et c’est pour cela qu’ils ne sont pas suivis et/ou appliqués.
Pas parce qu’un processus nous permettant de les saisir ne serait pas arrivé à son terme.

Je pense que cette appelation rassure beaucoup les neurotypiques, plus ou moins consciemment, car ce terme d’immaturité nous renvoie à un statut inférieur d’enfant, d’être et/ou d’esprit inachevé, qui vient contrebalancer la menace de l’intelligence supérieure ou très supérieure (selon la terminologie psychométrique).

Cela m’a ramenée, aussi, à cette douloureuse considération qu’une carrière neurotypique dans cette société reposait presque plus sur cette représentation constante du rôle que l’on attend de quelqu’un au travail, que sur la qualité du travail fourni.

Les conseils de Tata Line

Au boulot, les gens se prennent aux sérieux, bien plus qu’ils ne font leur travail sérieusement.