« Nous », « Ils »… et sinon, est-ce qu’on a le droit d’exister indépendamment ?

Ça m’énerve

Plus j’en lis et plus ça m’énerve.

« Les surdoués sont comme ceci ». « Ils ressentent tel besoin. » « Nous sommes tellement sensibles, nous les surdoués. »

Et sinon, j’ai le droit d’exister par moi-même ou est-ce que je suis condamnée à laisser des gens qui ne savent rien de moi et parfois, en plus (oui parce que, ne rien savoir de moi, c’est normal) n’en savent pas plus sur le HPI, parler pour moi et pour les millions d’autres personnes concernées ?

Lire la suite

Publicités

De retour dans ma tête

Après un mois de traitement neuroleptique, je suis de retour dans ma tête.

Au début du traitement j’ai pu comparer le passage de mon état normal à un état sous neuroleptique, et maintenant j’expérimente le passage de l’état sous neuroleptique à mon état normal.

Et la comparaison est sans équivoque !

Déesse que la vie est MIEUX sans les neuroleptiques que l’on m’a prescrit !

Lire la suite

Je teste pour vous : dans la tête d’une pas-surdouée.

Non ne me frappez pas, oui j’ai fait un titre provocateur.
Mais c’est vraiment ce que j’ai ressenti les premiers jours.

Explications !

Pour des raisons de santé, je dois prendre un traitement neuroleptique. Rien de grave, sinon je n’en parlerais pas de la sorte (je suis pudique sur ces choses là). Donc rien de dramatique ni de définitif.
C’est la première fois que je prends ce genre de médicaments. J’était, pour tout vous dire, très très inquiète de toucher à mon précieux cerveau. Oui j’estime que c’est sans doute la seule chose de valeur chez moi, j’y tiens très fort.
Alors trifouiller son fonctionnement ne m’enchante pas des masses. Néanmoins les circonstances étant ce qu’elles étaient, j’en avais besoin. Je me suis donc résolue à prendre ce traitement.

La bonne nouvelle, j’y suis HYPER réactive. J’ai ressenti dès la première prise les effets de la molécule. Trois effets principaux : Barrière, ralentissement et détachement.

Lire la suite

Précisions

Au sujet de l’article « Le HPI ce n’est pas l’autisme » qui a fait des émules. (Vous n’avez pas idée) :
Parce que l’article a été partagé  dans sa première version par d’autres (dont l’Association ToulouZèbre que j’aime et respecte profondément), je n’ai pas souhaité y faire toutes les modifications qui m’ont été inspirées par les différents retours que j’ai pu avoir. En effet, si je modifiais trop le contenu de mon article, alors ce serait dommageable pour celles et ceux qui l’ont partagé dans sa première version, puisqu’ils et elles se retrouveraient à partager quelque chose que finalement, ils n’ont pas voulu partagé, puisqu’il ne s’agit plus du même contenu. (Vous me suivez ?)

J’y ai inséré ceux des édits qui me semblaient nécessaires, pour l’exactitude des propos et le respect élémentaire que l’on doit aux gens, à leur travail et à la vérité tout simplement.

Mais je tenais aussi à ce que sur MON ESPACE PERSONNEL qu’est ce blog, je puisse encore dire ce que je veux, du moment que je respecte la loi.
Mon espace, mon royaume, mes lois (qui comprennent celle du pays où je vis, quand même). Ça ne vous plait pas, il y a des milliards d’autres blog à lire.

J’en profite pour rappeler que je m’exprime ici à titre personnel. Je ne suis pas un personnage public, je ne parle au nom de rien ni personne si ce n’est moi, en tant qu’individu. Quand je serai psychologue, je verrai ce que je ferai de ce blog, si j’en ouvre un autre à titre professionnel ou pas, si j’arrête celui-ci, je n’en sais RIEN.
Mais en attendant, je m’exprime ici à titre PER-SON-NEL.

Donc voici ce que je voulais dire suite à différente remarques sur mes positions et conceptions au sujet d’un éventuel lien entre HPI et TSA, et sur ce que je peux dire en général sur ce blog :

*EDIT 2 : Et ouais, je considère. Je me paie le luxe de penser des trucs dites donc. Alors, si demain on me dit « oh regarde, la science a prouvé que c’était pas indépendant », mais M-E-R-veilleux ! Je dirai que je me trompais et HOP, ni une ni deux, je prendrai en note la chose et je continuerai ma petite vie avec cette nouvelle donnée en tâchant comme toujours de faire de mon mieux pour moi et les autres.
Mais en attendant, et bah ouais, j’ai un avis. 
Je suis d’une impudence rare, je sais.

Surtout ne pas être trop capable

C’est clairement déconseillé au poste où je suis.

Ce matin, au travail il m’est arrivé une petite histoire qui m’a vraiment déboussolée.
Encore un magnifique exemple de ce que je ne sais pas anticiper dans le côté implicite des rapports sociaux et hiérarchiques au travail.
Mais même si je reconnais que je n’ai clairement pas vu venir la chose, je considère quand même qu’elle est un complet non-sens et ridicule et inutile.

Lire la suite

Le HPI ce n’est pas l’autisme.

Bonjour à toutes et à tous !

Ce matin, comme je suis privée de bus pour aller travailler, que je ne veux pas marcher une heure et demi dans la neige, et que je n’ai pas de voiture ou de vélo, je suis cantonnée chez moi.

EDIT : Et mon patron nous a dit de ne pas venir, en plus.

Donc, je saisi l’opportunité pour écrire un article qui me titille depuis un moment.

C’est un sujet délicat pour plusieurs raisons pour moi.
Parce que je sais qu’il est « en vogue » dans le petit monde de la neuro-atypie française.
Parce que je vais évoquer un sujet que je ne maîtrise pas pleinement (et je suis toujours très mal à l’aise de faire cela) et parce que je vais parler de troubles psychopathologiques dont la réalité est parfois très difficile à vivre, que ce soit pour les concerné•es ou leurs aidant•es.

Lire la suite

Comment entrer en contact avec moi

Bonjour à toutes et à tous,

Je me fends de ces quelques lignes, alors que j’ai publié il y a peu le dernier billet de ce blog, pour un petit aparté qui m’est devenu nécessaire.

Que cela soit en rapport avec le blog ou avec mes passages télévisés ou internetiques (nouveau mot de moi) il arrive que des gens aient envie de m’écrire.
Chouette, j’aime bien discuter en général.

Lire la suite