L’alphabet du HPI – A

A comme… Arborescence.

Ahahaha !
Le gros mot.

« On » prête aux surdoué·es, une « pensée en arborescence ». Et bien c’est un des (trop) nombreux mythes sur le HPI.
Les personnes surdouées n’ont pas plus une pensée en arborescence que les personnes qui ne sont pas surdouées. Et inversement, les personnes qui ne sont pas surdouées n’ont pas plus une pensée en arborescence que les personnes surdouées.

En résumé, tout le monde pense « en arborescence » ou, autre façon de le dire, personne ne pense « en arborescence ».

Il existe déjà un article sur ce blog qui vous détaille la chose : Le Mythe de la Pensée en Arborescence.

Je vais donc en reprendre ici les grandes lignes.

Un mythe…

Une pensée en arborescence ou penser en arborescence ce serait penser par association de concepts, un concepts (ou une idée) en générant 3, 4, 5, X autres, qui chacune en généreraient autant, et ainsi de suite jusqu’à l’infini. Cette pensée en arborescence serait l’apanage et une des caractéristique des personnes surdoué·es.

D’abord, ceci ne repose sur aucune démonstration scientifique. Je ne saurai vous en donner l’origine, pour ma part j’en ai pris connaissance dans l’ouvrage « Trop intelligent pour être heureux ? » de J.Siaud-Facchin.
Ce serait une façon d’illustrer ce que des patients surdoués décrivaient du fonctionnement de leur propre pensée.

…pas vrai, mais pas complètement faux non plus.

Le fait est que ces personnes n’étaient pas dans le délire totale en décrivant ainsi le fonctionnement de leur pensée. Car en effet, c’est ainsi que la pensée humaine fonctionne : par association de concepts.

Mais là où se trouve la subtilité c’est qu’il s’agit du fonctionnement de la pensée HUMAINE et pas seulement de celle des surdoué·es.
A ce jour, on n’a démontré l’existence que d’une seule sorte de pensé, celle par association de concepts (qui donne aussi naissance aux stéréotypes et aux préjugés, mais c’est une autre histoire !) et c’est celle de TOUT LE MONDE.

Elle n’est en rien particulière ou réservée au surdoué·es.

Conclusion : 

Vous avez deux options :

Soit considérez que la pensé en arborescence n’existe pas en tant que caractéristiques et différence des personnes surdouées par rapports à celles qui ne le sont pas.

Soit vous considérez qu’elle existe, mais que TOUT LE MONDE en est doté, surdoué ou pas.

Pour toutes les sources et un plus grand devellopement de la question, je vous renvoie à l’article de ce blog Le mythe de la pensée en arborescence  où vous trouverez les sources qui m’ont permis de vous résumer tout cela.

9 réflexions sur “L’alphabet du HPI – A

  1. Daedalus dit :

    Personellement, et croyez le ou non, j’ai jamais été fan de cette conception de « pensée en arborescence ».
    Quand j’en savais pas trop sur le HP (je vous rassure j’en sais pas beaucoup plus à ce jour, excepté les bonnes infos qu’on trouve ici ou sur la sphère Lohusk 😉 ), j’avais plutôt tendence à voir « l’organisation » de ma pensée comme un « joyeux bordel organisé » … désolé pour le gros mot au passage :O
    Un peu plus tard, j’avais simplement décidé de nommer cette « particularité » comme la capacité de passer du coq à l’âne (et très rapidement de surcroit, ca peut avoir son importance pour plus tard).
    Encore un peu plus tard, à l’époque ou j’avais encore du mal à communiquer avec les « normaux » (j’aime pas ce terme), je me suis amusé à un petit jeu lors de ce truc qu’on appèle le « small talk » en anglais:
    En gros, de prêter attention aux sujets évoqué durant ces « conversations de bars » … et j’ai remarqué un truc qui m’a permis d’affiner mon jeu:
    Donc, durant la conversation, je restais plutôt silencieux (mon état « normal » mais pas sain à ce moment là), en prêtant attention aux sujet évoqués … et à autre chose:
    Et puis, d’un seul coup, le petit daedelus se réveille et dis un truc du style:
    « Vous savez, on a commencé à parler de çà, puis une petite remarque à dévié le sujet sur çà, puis une autre sur çà et c’est comme çà qu’on est passé du sujet A au début au sujet X mais qui n’a ABSOLUMENT rien à voir à la fin. » … et les gens de dire … « Ah mais tiens c’est vrai, tu as tout à fait raison! C’est marrant et intéressant çà! » …
    Au passage, j’ai plus besoin de jouer à ce jeu car, après l’avoir pratiqué suffisement, les gens sont finalement content de savoir que j’écoute mais, aussi que, finalement, j’ai des trucs intéressants à dire.
    Donc, ils attendent plus avant de me demander mon avis voire me mettent suffisement à l’aise pour que je le fasse de moi même.
    Bref!
    Pour finir, j’ai affiné mon modèle comme suit:
    Ben, finalement, tout le monde fait çà (passer du coq à l’âne), c’est juste que les HP le font plus rapidement, et plus facilement tout seul (du aux indices élévés de QI j’imagine), alors que les gens « normaux » (AHHHHH!! je deteste ce mot!!) peuvent le faire aussi mais plus lentement et, en général, le font en groupe.
    En d’autres termes, c’est un peu le mode de fonctionnement normal durant ces « small talks » ou ces conversations de bistror en somme 😉
    Mais bon, ce que j’en dis, c’est très personnel. A chacun de se faire son avis bien que j’en attend quand même pas mal de la science à ce niveau là 😉 (et elle fait des progrès la science faut pas croire 😀 ).
    Sinon, sujet qui n’a rien à voire, j’ai fait faire un scan de mon cerveau aujourd’hui. Il y a

    J'aime

    • Daedalus dit :

      EDIT: Une partie de mon commentaire à été mangé du à une faute de frappe de ma part :O Si le commentaire est approuvé, je me mettrais mon post à jour, sorry ! :O

      *****************************

      Il y a des trucs qui sont pas tout à fait réglés par rapport à mon PTSD, particulièrement quand je suis en ville avec des voitures :O

      Et comme les psys ont tendences à me foutre des pillules pour « rééquilibrer » mon cerveau … et n’on jamais pris la peine de regarder de plus près ce cerveau … ben voilà.

      J’évoquais le sujet pour savoir si c’est le genre de choses qui peuvent intéresser les chercheurs sur le HP entre autres (même si ce n’est pas la raison principale qui m’a poussé à le faire).

      J'aime

  2. Yvan dit :

    Bonjour Daedalus,

    J’ai plutôt perçu les choses comme vous ( conversations de bar). Vous oubliez, je pense, se qui fait une différence, c’est la conscience et la mémoire de ces sauts de conversations. Sauts qui n’existent pas que dans les conversation futiles mais aussi dans les échanges qui tiennent très a cœur aux intervenants.
    D’où l’apparition d’énormes quiproquos et souvent de disputes definitives. Surtout si au moins un des intervenants est incapable de se souvenir du déroulement.
    Ajoutez à cela les maladresses des uns et les inférences des autres et vous voici en face de la réalité des échanges humains, même entre hpi qui pourtant il semblerait devraient être capable de s’affranchir de se désordre.

    J'aime

    • Daedalus dit :

      Non je n’ai pas oublié, c’est juste que j’ai essayé (sans succès 😉 ) de ne pas faire trop de hors sujet, sinon je me serais vite retrouvé à pondre un roman qui aurait été très difficile et ce pour moi y compris.

      Ainsi qu’une certaine volonté de rester sur le sujet de « l’arborescence » (ou plutôt des mythes qui entourent ce terme) et de partager une partie de mon expérience sur le sujet.

      Cela étant dit, je suis tout à fait ouvert sur une discussion sur la réalité des échanges humains ainsi que la raison pour laquelle ces derniers semblent être mis très à mal dernièrement, et cela un peu partout et pour tout le monde.

      Mais c’est un autre débat … pour éventuellement un nouveau post ici présent qui sait? 🙂

      (genre relation HP-HP, HP-Normaux; Normaux-Normaux, entre différentes cultures, religions, pays, gout, sports préférés etc ….)
      **********************************************************

      PS: J’étais déjà au courant que les HPI sont tout aussi vulnérables que les gens « normaux » aux pièges relationnels dont nous sommes trop nombreux, peu importe l’origine, à tomber.

      Si j’ai l’occasion, je parlerais un jour de mes premières rencontres avec, respectivement, ma première table HP et ma première table … mensa (bon d’accord c’est redondant 😉 ).

      Et comme l’a fait si bien remarqué nôtre charmante ambassadrice du monde des HP ici présent:

      Une des rares choses dont on peut être sur le phénomène du HP c’est … ben c’est ce que ressort des test de QI. Le reste est très négotiable et demandera (beaucoup plus) de recherches.

      J'aime

      • Kks dit :

        Hello,

        Comme alternative au terme « normal » (je comprends que vous ne l’aimiez pas^^), il y a le terme neurotypique qui peut convenir.

        À la base il était synonyme de « non-autiste » mais en fait il n’y a pas que les personnes autistes qui soient neuro-atypiques, et réciproquement, toutes les personnes non-autistes ne sont pas forcément neurotypiques.

        Selon moi ça permet d’axer sur l’aspect majoritaire / minoritaire (« typique » étant compris comme « majoritaire » / « habituel ») et ça évite la confusion du mot « normal », qui peut être compris comme « compris dans la moyenne » ou « compris dans la norme », avec tout l’aspect « normatif » justement, la question de jugement moral ou autre que peut recouvrir ce mot.. :/
        Enfin bref, si ça vous parle…

        J'aime

        • Line dit :

          Merci Kks,
          Je connais cette terminologie oui.
          Je l’ai utilisée un temps. Mais comme vous le précisez, cela est propre à l’autisme. Et comme la communauté à l’origine de ce terme a déjà bien des défis à relever pour se faire comprendre, connaître et accepter, j’ai choisi d’éviter d’entretenir des amalgames (malheureux à mon sens) entre HPI et autisme.

          J'aime

          • Kks dit :

            Je pense que ça n’entretiens des amalgames que si on reste flou dans son utilisation, mais si on est clair-e il n’y a pas de soucis. Dans les communautés où je l’entends, le lis et/ou l’emploie, les gens l’utilisent vraiment au sens large de la neurodiversité.

            Parce que concrètement, ça n’a aucun sens de considérer une personne HPI comme étant « neurotypique » et ce serait extrêmement réducteur. Les termes (NT et NAT donc) sont depuis quelques années utilisés pour distinguer les personnes présentant des fonctionnements différents de la majorité (dys, TDA/H, HPI, autisme etc), dans leur sens large donc, et y compris au sein de la communauté autistique.

            Pour moi c’est tout à fait compatible avec le fait d’être très très clair-e sur les distinctions entre autisme et HPI :).

            Si par contre tu as des sources de personnes concernées qui expliqueraient que ça pose des problèmes, je suis très intéressé pour le lire et carrément ouvert à modifier mes réflexions (et mon usage du terme).

            J'aime

            • Line dit :

              Ma seule source en la matière est mon expérience personnelle. Assez peu recevable scientifiquement parlant. 😊
              Ce qui me gène dans l’amalgame « neuro atypiques » c’est qu’il met le HPI au milieu de troubles psychopathologiques. Pour quelqu’un qui s’évertue à faire comprendre que le HPI n’est pas un handicap ou une maladie, c’est un peu délicat. 😊
              De plus, toujours à cause de mon expérience, ici professionnelle, en Sessad autisme et psychiatrie infant-juvénile, j’ai développé une certaine pudeur à faire se côtoyer les réalités du HPI (qui n’est pas un troubles du neurodevellopement) et celles des TSA.

              C’est un point de vue personnel, et je comprends très bien la volonté et le bénéfice retirer de pouvoir nommer ce que l’on vit et ressent, notemment en s’appropriant des termes où l’on se retrouve.
              Les glissements sémantiques participants à l’évolution de la langue et des concepts, c’est un phénomène qui se comprend et qui n’a rien de nouveau.

              L’important est de trouver les mots pour pouvoir nommer sa réalité et s’exprimer comme on en a besoin.

              J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s