« Nous », « Ils »… et sinon, est-ce qu’on a le droit d’exister indépendamment ?

Ça m’énerve

Plus j’en lis et plus ça m’énerve.

« Les surdoués sont comme ceci ». « Ils ressentent tel besoin. » « Nous sommes tellement sensibles, nous les surdoués. »

Et sinon, j’ai le droit d’exister par moi-même ou est-ce que je suis condamnée à laisser des gens qui ne savent rien de moi et parfois, en plus (oui parce que, ne rien savoir de moi, c’est normal) n’en savent pas plus sur le HPI, parler pour moi et pour les millions d’autres personnes concernées ?

Lire la suite

Publicités

De retour dans ma tête

Après un mois de traitement neuroleptique, je suis de retour dans ma tête.

Au début du traitement j’ai pu comparer le passage de mon état normal à un état sous neuroleptique, et maintenant j’expérimente le passage de l’état sous neuroleptique à mon état normal.

Et la comparaison est sans équivoque !

Déesse que la vie est MIEUX sans les neuroleptiques que l’on m’a prescrit !

Lire la suite

Je teste pour vous : dans la tête d’une pas-surdouée.

Non ne me frappez pas, oui j’ai fait un titre provocateur.
Mais c’est vraiment ce que j’ai ressenti les premiers jours.

Explications !

Pour des raisons de santé, je dois prendre un traitement neuroleptique. Rien de grave, sinon je n’en parlerais pas de la sorte (je suis pudique sur ces choses là). Donc rien de dramatique ni de définitif.
C’est la première fois que je prends ce genre de médicaments. J’était, pour tout vous dire, très très inquiète de toucher à mon précieux cerveau. Oui j’estime que c’est sans doute la seule chose de valeur chez moi, j’y tiens très fort.
Alors trifouiller son fonctionnement ne m’enchante pas des masses. Néanmoins les circonstances étant ce qu’elles étaient, j’en avais besoin. Je me suis donc résolue à prendre ce traitement.

La bonne nouvelle, j’y suis HYPER réactive. J’ai ressenti dès la première prise les effets de la molécule. Trois effets principaux : Barrière, ralentissement et détachement.

Lire la suite