En révisions

Petite baisse de rendement quant à la production des articles pour le blog, pour cause de révisions.
Mais comme vous le voyez, je suis très bien organisée.

Publicités

Pourquoi se dire ?

J’ai parcouru dernièrement un article de Zeb Léon sur le pourquoi de son anonymat sur internet.

Ce qui m’a frappée plus particulièrement est la dernière partie de son billet, où il aborde l’impact possible d’un non-anonymat sur sa vie professionnelle.

En voici la citation, mais comme pour toutes les citations, je vous invite à la replacer dans son contexte en allant consulter l’intégralité de l’article ici.

« Je suis anonyme aux yeux des recruteurs

Mon côté zèbre m’amène à changer de temps en temps d’emploi que ce soit par lassitude où par le fait de ne pas être rentré assez dans le moule de la société.

Je n’ai pas trop envie que les recruteurs lorsqu’ils se renseignent sur moi lors d’une recherche web tombent sur mon blog.
Je ne suis pas sûr que d’afficher publiquement à mes futurs employeurs que je suis un zèbre et que parfois, je peux avoir des idées un peu différente des leurs soit une bonne chose pour ma carrière. Donc moins ils en savent ce niveau-là mieux ce sera pour mes futures recherches d’emploi (suis en plein dedans justement) »

 – Zeb Léon, « Etre un blogueur anonyme sur internet »

Une remarque légitime

Penser que son profil atypique ne sera pas bien reçu par un•e éventuel•le futur•e employeur ou employeuse est une réaction parfaitement légitime et très commune.

Elle repose sur une vérité que l’on ne peut nier : un profil atypique dans la vie professionnelle est trop souvent pénalisant.
Les projections et préjugés sur les surdoué•e•s jouent rarement en notre faveur.
Il existe, heureusement, des exceptions, mais elles sont, par définition, exceptionnelles. Il est donc légitime de préférer ne pas être identifié•e comme surdoué•e à son travail.

Le risque

Dire que l’on est HPI, dans la vie professionnelle, c’est s’exposer au risque de se voir refuser le poste.
Les raisons derrières ce refus sont diverses : jalousie, peur, préjugés.
Mais le résultat est le même : pas de travail ou pas d’évolution ou mise au placard. (Grosso modo. Et évidemment, il y a pléthore d’autres raisons qui peuvent aboutir aux mêmes résultats, mais ici je m’intéresse au fait de dire sa nature de HPI)

Le risque est donc réellement conséquent.

La décision de se taire est de fait parfaitement compréhensible et inattaquable.
Risquer sa carrière, en somme, n’est pas une décision que l’on prend à la légère.

Alors, pourquoi le dire ?

Face à ces réelles complications possibles, pourquoi choisir d’être transparente quant à ma nature de HPI ?

Parce que ces discriminations sont injustes, intolérables pour moi.
Parce que je ne suis pas toute seule, parce qu’il ne s’agit pas que de moi.
Pour que les choses changent.

Parce que si un jour je veux pouvoir vivre dans une société où toutes les personnes HPI n’auront plus à craindre des discriminations dans leur vie professionnelle (et personnelle) à cause de leur nature de HPI, je me dois de commencer à la construire en commençant par moi.

Bien sur, je sais que je prends des risques.
Mais je crois que c’est par l’exemple, en montrant que les choses sont possibles, que d’autres l’ont fait, que l’on change les choses.
Petit à petit.

Je n’ai pas l’ambition d’être une héroïne du HPI, et je ne me considère pas du tout comme telle, heureusement !
Mais je crois profondément en la force de l’exemple.

Vous savez, ces personnes de votre entourage proche ou moins proche, que vous admirez et qui vous inspirent dans votre vie, mais qui sont pourtant « seulement » votre professeur•e, votre médecin, votre voisin•e, ou la/le bénévole de telle ou telle association ? Elles sont des exemples, des sources d’inspiration, des preuves que ce qu’elles accomplissent peut être accompli, et leurs simples existences vous motivent dans vos accomplissements.

C’est en ces exemples que j’ai foi, et c’est un de ces exemples que j’essaie d’être, à ma toute petite et modeste échelle, pour le HPI.

Un exemple, pas une référence, attention.
Juste un exemple parmi tous les possibles.

Mais qui existe. Et dont tout le mérite est justement là : exister.

Pour tou•te•s les autres, avec et après moi

Si, évidemment, je le fais pour moi en premier lieu, je le fais aussi pour les autres.
Pour toutes ces autres personnes qui se disent qu’elles aimeraient bien ne pas se taire, mais qui n’osent pas. Pour toutes celles qui auraient besoin de voir que d’autres le font pour pouvoir oser le faire et s’épanouir ainsi.

Pour qu’à force d’exemple, le HPI ne soit plus une source de discrimination ou de honte pour personne.

En fait, j’ai juste envie d’être une de ces milliards de gouttes d’eau qui formeront un jour la société-océan dans laquelle le HPI ne sera plus un sujet de discriminations, de honte ou de souffrance pour personne.

Note : Vous avez là ce qui motive ma démarche de non-anonymat.
Mais ma démarche n’est en rien une accusation ou un reproche envers celles et ceux qui en ont une autre.

Personne n’est tenu à quoi que ce soit.
Ce n’est pas parce que moi, j’ai à cœur de travailler à faire tomber les discriminations sur le HPI que j’estime que tout le monde devrait le faire ou que c’est mal de ne pas le faire.
Ou le faire exactement de la même façon que moi.

Bien sur que non.

Note 2 : Pour celles et ceux que la question du HPI au travail interesse, je vous invite à lire les articles de Matthieu Lassagne, sur son site https://www.coaching-et-douance.com/