Une mise au point

Booooooooooooooon.
La rançon du succès (tout relatif) c’est les multiples interprétations qui sont faites de ce que l’on peut écrire.

Alors je vais faire une petite précision, suite à l’engouement étonnant que suscite mon article « Surdoué•e•s : celles et ceux qui font croire qu’ils/elles en sont« .

Ce dont il est question dans l’article

Dans cet article, je parle de ces personnes que j’appelle usurpatrices, parce qu’elles s’annoncent HPI alors qu’elles savent PARFAITEMENT qu’elles ne sont PAS CONCERNÉES, et qui, par conséquent, n’ont passé aucun test puisque les tests prouveraient leur usurpation.

Et je dis qu’une telle usurpation ne tiendra pas longtemps face à des personnes effectivement concernées par le HPI, a fortiori qui ont été testées.
Parce que les résultats du test leur permettent de dire que oui, elles ne se sont pas trompées, elles savent de quoi elles parlent sur le sujet, elles sont bien effectivement concernées.

Voilà de quoi il est question dans cet article.
Et c’est TOUT.
Rien d’autre.

Ce dont il n’EST PAS question

Il n’est donc pas question des personnes en questionnement. Il n’est pas non plus question de juger la légitimité d’une identification au HPI.
Ce serait ABSURDE que de faire une chose pareille.
ABSURDE !

Enfin, ce n’est pas écrit sur notre front qu’on est HPI. Même en étant concerné•e, en général, on ne le sait pas de soi-même.
Je veux dire, on ne se lève pas un matin, et alors qu’on se regarde dans la glace on se dit, comme ça « Mais je suis surdoué•e ! ». On se pose la question forcément parce que quelqu’un ou quelque chose nous a mis sur la piste.
Evidemment qu’à un moment, on doit toutes et tous, passer par ce questionnement et par cette identification, totale, partielle, quasi-résiduelle, ou inexistante, aux grands traits de personnalité et fonctionnements décrits chez les HPI.
Si je considérais que c’était ça de l’usurpation, alors je ne parlerais pas très bien français.

Une dernière fois, usurper c’est savoir pertinemment que l’on n’est pas concerné•e, mais dire aux autres qu’on l’est quand même.

Est-ce que c’est plus clair maintenant ?

Ah oui et il n’est pas non plus question de pointer du doigt ou condamner le fait de ne pas pouvoir passer un test pour X raisons.
Ça aussi ce serait stupide.

Pas plus que je ne dis que le HPI est conditionné par le test… C’est confondre la nature d’une chose et l’agent révélateur de cette nature.
Ça reviendrait à dire qu’on ne peut pas être HPI si on ne peut pas passer le test ?! Mais enfin, c’est RIDICULE !
Du coup, si on se casse une jambe ah bah on n’est pas HPI puisqu’on ne peut pas se déplacer pour passer le test ! On le sera, HPI, que quand on aura retrouvé sa mobilité et passé le test en bonne et due forme.

Non mais vraiment?! Vraiment ?!
Vous pensez sérieusement que l’on peut penser des absurdités pareilles ?

Puisque j’en suis aux précisions, évidemment que ne pas pouvoir passer le test n’est pas condamnable.
Evidemment.
Et évidemment que ça n’a pas plus d’influence sur votre nature que les horaires du bus du coin.

Comme je le dis et le répète, je suis parfaitement à l’aise avec le fait qu’on ne soit pas d’accord avec moi.
Par contre j’ai beaucoup, beaucoup plus de mal avec le fait qu’on me fasse dire ce que je n’ai pas dit !

Ceci étant tous ces commentaires sont très révélateurs de ce qui cristallise les passions sur le sujet :
La projection personnelle sur un écrit anonyme.
Le test de QI (et l’ignorance de ce que c’est et de ce qu’il signifie).
La reconnaissance de soi qui passe par l’acceptation et la reconnaissance par les autres. (D’où la réaction énergique quand on comprend d’un article qu’il nous dit que nous ne pouvons pas être reconnu•e comme ce que l’on voudrait.)

Enfin voilà quoi.

 

Publicités

8 réflexions sur “Une mise au point

  1. Lo_Husk (@Lo_Husk) dit :

    Ce qui me fait dire que le combat n’est pas terminé et qu’il faut encore et encore parler de tout ceci jusqu’à ce que ce soit clair ! Tes actions sont fort louables et il faut aussi remettre les choses (et les gens) à leur place pour ne pas laisser une situation s’enliser.

    Aimé par 1 personne

  2. Kaeloo dit :

    Il y aura toujours des gens pour déformer les paroles, surtout sur un sujet aussi sensible que le « droit » à être HPI, les conditions d’accès au status de surdoué, comme si l’être était un honneur, une chance et objectif en soi…
    J’ai bien aimé ton article, le premier, qui se satisfaisait à lui-même sans précisions. Tu as osé aborder un sujet sensible dont beaucoup préfèrent ne parler qu’en privé pour éviter de diluer le message si important de « le test est indispensable » (et il l’est), mais en privé beaucoup sont très conscient que dans la plupart des cas, un surdoué peut reconnaître quelqu’un qui lui ressemble et est aussi probablement surdoué. Bien entendu c’est jamais aussi simple et les exceptions sont légions mais je crois que ton premier article précise cette nuance.
    Ne t’arrête pas sur les messages divers de protestation, de blame ou de haine, ils sont le plus souvent issus de gens qui n’ont pas encore autant de recul que toi ou simplement des usurpateurs dont tu parles et qui n’aiment pas qu’on remette en question leur fausse étiquette de surdoué.
    Continue, c’est toi que la justesse accompagne.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s