L’enfer/paradis des bases de données bibliographiques

Bonjour à toutes et à tous !

J’ai été bien occupée la semaine dernière. D’abord je suis partie me mettre au vert pendant 4 jours, puis j’ai tâché de réaliser un devoir, qui compte pur examen, pour ma Licence 3.

J’avais comme délais de rendu le 2 avril à 23h. J’ai rendu ma copie le 2 avril à 22h27.

Non ce n’est pas du je-m’en-foutisme, c’est une presque mauvaise appréciation du travail à fournir.
C’était une initiation à la recherche. Alors, sur le papier, mettre en place une expérience et la démarche expérimentale qui va avec, je sais faire. Je veux dire, tout mon premier cursus universitaire est scientifique, j’ai donc passé 10 ans de ma vie à faire ça.
Ce qui en représente un bon tiers. Donc, je sais faire.

Mais la recherche universitaire, ce n’est pas que la démarche expérimentale. C’est, beaucoup, (beaucoup, beaucoup, beaucoup) de recherche bibliographique.
J’ai eu l’impression de passer les 9/10e de mon temps à lire le travail des autres puis à le citer.

C’est très paradoxale, quand on s’imagine que le principe de la recherche c’est de découvrir quelque chose, ou de répondre à une question sans réponse, ou jamais posée. Bref de faire dans la nouveauté.

Enfin toujours est-il que, malgré tout le travail déjà effectué en amont et qui m’a valu une bonne note, j’avais encore un certain amont de travail qui m’attendait. Et je ne l’ai pas venu venir.

C’est comme cela que je me suis retrouvée à boucler mon devoir 32 minutes avant la date butoir.
Et à ne pas écrire ici.

La bonne nouvelle, c’est que dans mon long calvaire de recherche bibliographique, j’ai (re)trouvé une mine d’or d’articles scientifiques en français sur le HPI.
Cela promet donc de bien belles explorations du sujet et surtout corrections. A commencer par la sois-disant « pensée en arborescence » qui en fait n’existe pas, si j’ai bien tout compris.

Voilà.
Là j’ai un rendez-vous pour d’autres stages en psychologie, alors je dois vous laisser.

C’était les nouvelles du front ! :p

Publicités

2 réflexions sur “L’enfer/paradis des bases de données bibliographiques

  1. So. dit :

    Je vois ce que tu veux dire, j’ai eu la même impression quand je m’occupais de mon mémoire de Master ^^’ Mais bravo pour la masse de boulot abattue et l’exam rendu à temps \o/
    J’ai hâte d’en savoir plus sur les articles en question 🙂 (le petit teasing sur la pensée en arborescence promet…)

    J'aime

    • Line dit :

      Hihi ^^

      Merci. 🙂

      Le coup de la pensée en arborescence ça a été une petite révolution pour moi quand même.

      J’essaierai d’en faire un résumé clair, avec des liens vers d’autres articles de blog. Et si je ne m’emmêle pas les pinceaux avec les articles pour mes cours, je vous mettrai les références vers des ressources de recherche. 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s