Quand tout le monde veut être surdoué…

Mais ne veut pas des inconvénients sociaux qui vont avec.
Et bien quand les gens veulent ça, ils tentent de réinventer l’eau chaude.
Et ça donne ça :

Ce qu’on appelle un multipotentiel

(Alors « on » déjà, qui est-ce ? Voyez-vous, là, c’est mon petit gremlins intérieur qui s’exprime. Il est mesquin, pénible et pinailleur.)

Ce genre d’article me file la nausée, parce que tout est flou. Le nom en premier lieu qui s’inspire de l’appellation scientifique et communément admise du Haut Potentiel Intellectuel, mais qui n’ose pas le dire.
On retrouve dans le portrait des caractéristiques du HPI, parfois même on penserait presque – notamment face à la bougeotte professionnelle qui est evoquée – qu’on parlerait bel et bien du HPI.
Ah mais non, le HPI n’apparait jamais.

Bah oui, être HPI, après tout ce n’est pas donné à tout le monde, seulement à 2% (et des brouettes) de la population, et il faut dépasser (en règle générale) les 130 de QI.
C’est quand même pas easy-easy.

Alors qu’à cela ne tienne, on invente un nouveau terme qui reprend tout plein de qualités de HPI mais pas la qualité si-ne-qua-non, le QI !
C’est-y pas beau ça ? C’est-y pas simple aussi ?

Bon soyons tout à fait logiques, les caractéristiques des HPI ne sont pas uniques aux HPI.
Neurotypique et neuro-atypique peuvent partager bien des comportements.
Tout le monde peut être curieu-x-se, on peut aussi se spécialiser dans deux ou trois domaines sans forcément être surdoué-e.
Sauf que les surdoué-e-s, eux/elles, seront plus spécialisé-e-s, et seront plus « intenses » en somme, dans leur façon d’être, de penser, etc.

Alors au fil de la lecture de ce joli portrait de « Multipotentiel » (eurk), je me suis énervée mais je me suis calmée en me rappelant que les HPI n’avaient pas le monopole de la curiosité ou de l’expertise.
Donc bon, ok, si les gens aiment s’inventer des profils pour simplement dire qu’ils sont curieux, et/ou instables, grand bien leur fasse !
Je m’étais donc calmée, et était prête à quitter cet article pleine de bienveillance et de paix, pleine de douces pensées d’encouragement pour ceux et celles qui avaient besoin/envie de se reconnaître dans cette conception américaine du « multipotentiel », plutôt que dans le terme de curieuses ou curieux.

Je termine donc la lecture le cœur emplit de bonnes intentions et PAF !
Qui cite-t-on en exemple de personnalité « multipotentiel » ? De Vinci, Descartes, Newton…
Alors déjà bonjour le sexisme, parce que dans le genre « multipotentielle », mais en fait HPI du tonnerre de dieu, il y a -pour n’en citer qu’une – Emilie du Chatelet quand même !
Ensuite… Rien que ça ?
C’est bon « juste » De Vinci ?

C’est donc là, vous l’aurez compris, que j’ai perdu les pédales.
Soit on prend les lecteurs et lectrices pour des buses en leur faisant croire qu’ils et elles sont de la même trempe que De Vinci, et on oublie joyeusement que De Vinci était un génie.
Un GE-NIE.
Soit « on » est parfaitement au courant que l’on dit n’importe quoi mais on s’en fiche.

Alors aussi curieuses et curieux et multi ce que vous voulez que la planète entière soit, ça ne fait pas de toutes les personnes qui ne savent pas ce qu’elles veulent être plus tard, des De Vinci en puissance.

Ne nous prenez pas pour des quiches s’il-vous-plait !

C’est là que la supercherie s’effondre, et que l’on voit que cette histoire de multipotentiel n’est qu’une des nombreuses tentatives de faire croire que…

Je ne condamne pas l’envie que le HPI (ou ce que l’on croit en savoir) peut provoquer chez certain-e-s.
Je condamne en revanche ces articles flous, qui brouillent les limites de notions déjà difficiles à définir, dont on ne connait pas tout.

Pour des personnes souvent en quête d’identité, dans le sens où après le diagnostique elles cherchent à comprendre ce que cette réalité implique, ce genre d’article qui dit tout et rien me semble plus source de confusions que d’informations.

Publicités

3 réflexions sur “Quand tout le monde veut être surdoué…

  1. l'atelier du bonheur dit :

    Bonjour et merci pour votre blog, je ne suis pas ahp, mais je m’y intéresse. Je comprends votre point de vue, seulement aujourd’hui je crois qu’il est bon et sain de rappeler que nous avons des potentiels plus importants que ce que nous pensons.
    Suite à cet article l’auteur en a publié un 2ème dans lequel il écrit :
    « Notons que la manière de fonctionner des MP est souvent proche des personnes à haut potentiel (HP) ou surdoués mais les deux termes ne sont pas forcement à rapprocher. Le MP n’a pas obligatoirement un QI élevé contrairement à son homologue zébré. »
    je crois que nous sommes capables (pour la majorité) de comprendre que nous ne sommes pas de Vinci ou Descartes, mais que sans être surdoué, nous avons l’hypersensibilité, la sur-efficience mentale. Nous manque plus que le QI *-)
    merci encore, et belle journée

    J'aime

    • Line dit :

      Bonjour et merci pour votre passage ici et votre commentaire ! 🙂

      Le problème est que l’article en question manipule des concepts qui n’ont pas d’existence réelle en psychologie, et qui, je trouve sont très mal définis.
      De plus il me semble que bien d’autres concepts cités dans l’article ne sont pas maîtrisés, ou du moins pas définis de façon juste et claire.
      La sur-efficience mentale, par exemple,qui n’est pas non plus un concept définit en psychologie, est une façon de parler d’une des caractéristiques du Haut potentiel intellectuel et n’existe pas en dehors.
      C’est à dire que si l’on est pas HPI on ne peut pas être doté de « sur-efficience mentale ».
      Je vous renvoie à ce qu’est le QI, une mesure de l’efficience intellectuelle justement. Etre sur-efficient, c’est avoir un intellect qui fonctionne plus et plus vite que la moyenne. Ceci se traduit par un QI très supérieur à la moyenne, c’est à dire au-delà de 130.

      Donc il s’agit bien de Haut Potentiel Intellectuel.
      Et c’est à ne pas confondre avec le fait d’être envahit par son mental ou avec le fait d’avoir des pensées envahissantes. Parce que, ces deux choses (assez proches l’une de l’autre) peuvent être le signe de pathologies ou troubles sérieux (dépressions, trouble anxieux, etc).
      Vous comprendrez sans doute mieux pourquoi je suis heurtée par des articles aussi imprécis, c’est qu’à force d’imprécisions, on peut passer à côté de symptômes importants voir pire, les faire passer pour des « qualités » et ainsi maintenir quelqu’un dans une situation interne potentiellement néfaste.

      L’hypersensibilité, la « vraie » celle définit par les neuroscience et la psychologie, est un dysfonctionnement neurologique qui se traduit par une hyperexcitabilité nerveuses pour les 5 sens.
      Cette particularité neurologique ne se retrouve encore une fois que dans deux cas, qui sont non seulement des fonctionnement mais aussi des structures cérébrales différentes : l’autisme et le HPI.

      L’hyperesthésie existe elle sans le HPI, mais c’est une pathologie qui fait que la moindre sensation (tactile en générale) est une douleur.

      Bref, je m’égare.

      Le problème de cet article demeure pour moi son manque de clarté, son manque de précision.

      Evidemment je ne sous-entendais pas que les gens étaient suffisamment bêtes pour se croire géniaux dès qu’ils s’intéressent à plus de deux choses différentes.
      Je réagissais au fait que des gens fragilisés par une quête d’identité, ou un besoin de particularité, pourraient se fourvoyer ou se créer des illusions à cause des flous et des confusions que ce genre d’articles peuvent générer.

      Merci encore à vous, et belle journée également ! 🙂

      J'aime

  2. Noëmie dit :

    Bonjour,
    et merci pour cet article qui soulève un point pertinent qui est qu’il y a souvent un mélange des genres et des termes sur les thèmes liés aux multipotentiels/atypiques/zèbres/surdoué/HPI etc avec pour certains une réalité scientifique derrière (psychologique, médicale…) et un diagnostic possible et pour d’autres, comme les multipotentiels, non.

    Je suis la première à m’agacer de cette confusion (je ne suis ni HPI, ni surdouée, ni particulièrement atypique !) qui brouille les pistes, avec des définitions souvent très vagues.

    Ceci dit, l’article dont vous mettez le lien à été partagé 563 fois sur Medium…ce qui est beaucoup. Selon moi c’est le reflet que les gens ont BESOIN de s’identifier, de se rassurer. Le terme multipotentiels n’est peut être pas toujours bien employé mais il a le mérite de leur permettre de voir qu’ils ne sont pas seuls, qu’il n’y a rien « d’anormal » à aimer papillonner par exemple.
    Pour faire partie d’un groupe Facebook pour ces profils, je peux vous assurer qu’il y a une vraie souffrance chez certains à ne pas réussir à s’adapter dans le monde du travail notamment, à avoir l’impression d’être instable, mal adapté.
    Bref, comme beaucoup de termes je pense que bien utilisé, c’est à dire sans jugement de valeurs, sans victimisation, il peut faciliter la vie de ceux qui s’y reconnaissent.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s