« Trop intelligent pour être heureux ? L’adulte surdoué » , La « bible » des AHP.

Cet ouvrage, dont j’ai mainte fois mis le lien sur ce blog, est connu par les lecteurs comme « la bible des AHP ».

Jeanne Siaud-Facchin, ed. Odile Jacob

Je l’ai acquis avant de passer mon test, pour me faire une idée du sujet et voir si je m’y reconnaissais.
Pour être honnête, ce n’était pas très probant. A la fin de ma lecture je n’étais pas plus avancée. Je pouvais effectivement être AHP, je me reconnaissais dans certains traits décrits ou certaines expériences de vie, mais 50% du contenu me restait étranger.

Il est difficile de se reconnaître dans les descriptions élogieuses que la psychologue fait des HQI. Notamment dans la description qui, à mes yeux, flirtait avec la science fiction : hypermaturité, hyperlucidité, extrême conscience, extrême sensibilité, sens hyper développés… C’était un mélange d’X-men et de la Sentinelle.
Et, contrairement à ce que l’on pourrait peut-être croire à la lecture de ce blog, je ne me suis jamais (loin de là) considérée comme brillante.

En première lecture donc, j’ai été assez déçue par cet ouvrage. Je le trouvais bien pessimiste. A le lire, la réalité du surdon intellectuel était forcément une souffrance sans nom, et voir, sans solution.
Je n’aimais pas voir cette nature décrite comme un fardeau ou malédiction.

C’est seulement aujourd’hui, des années plus tard donc, que cet ouvrage prend du sens pour moi. Et quel sens !
Je le relis par morceaux, par thématique presque, et les quelques lignes que j’y lis (les paragraphes sont très courts) se transforment en un choc de lumière pure. Je suis frappée par la véracité de ce qui y est décrit.
Heureusement pour moi, ce n’est pas dans les passages décrivant la souffrance que je trouve une identité avec ma vie, mais dans la description des phénomènes.

Et puis, il y a toute une partie sur des suggestions sur comment mieux ou bien vivre sa différence.
Personnellement, cette partie m’a agacée. Parce que, comme un espèce de fil rouge dans ma vie, je me suis fait la réflexion de « comme si il avait fallut attendre l’auteur pour en arriver à cette conclusion… »
Je déteste que les gens pensent m’apporter la lumière ou la solution, quand je ne l’ai pas demandé ou sollicité. Si je ne demande pas, c’est que j’y ai déjà réfléchis.
Donc j’ai toujours un peu l’impression qu’on me prend pour une buse, lorsque l’on me livre des conclusions auxquelles je suis déjà parvenue, comme si il s’agissait de révélations parfaites.
Oui, je sais, il y a une blessure là-dessous à travailler. J’y travaille.

Revenons donc à cette dernière partie de l’ouvrage de J.S.F.
C’est donc là que je retrouve des identités avec mes propres expériences ou réflexions, et (passé l’agacement) cela me fait beaucoup de bien.
C’est toujours la même rengaine : celle de la reconnaissance. Ce que je ressens ou vis n’est pas le seul fruit de mon esprit malade, mais quelque chose de partagé, qui existe et qu’il est donc légitime de vivre ou ressentir.
C’est apaisant de ne pas se savoir seul.

J’ai donc le plaisir de vous partager ce passage, p.284 :

« Tous les sens au service du plaisir de vivre
L’hyperesthésie décuple les possibilités

La mise en action de tous les sens simultanément et leur remarquable capacité de discrimination donnent au surdoué une présence au monde hors du commun. L’hyperesthésie amplifie toutes les perceptions. Elle permet de créer du beau là où d’autres ne verront que le banal. Elle illumine le monde par la densité émotionnelle que tous les sens procurent. L’hyperesthésie peut être utilisée pour capturer l’environnement et le magnifier. Utiliser tous ses sens pour embrasser le monde.
Tout ressentir peut être un immense plaisir et la source de moments magiques de vie. […] Cette force est en vous. Utilisez-là pleinement pour vous sentir vivre. »

Je vous invite à vous procurer cet ouvrage, qui par ailleurs, est classé meilleur vente d’un magasin de multimédia qui commence par « F », par ici.
(De vous à moi, cela m’a assassinée…Ma pensée ? « Bah voyons… »)
Vous devriez le trouver facilement.

Si vous l’avez lu, qu’en avez-vous pensé ?

#AHP #adultesurdoué #HQI

Publicités
Cet article, publié dans En vrac, La vie, Réfléxions sur la condition d'AHP, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour « Trop intelligent pour être heureux ? L’adulte surdoué » , La « bible » des AHP.

  1. Ping : Témoignage dans la presse | Over the 130

  2. Ping : Précisions | Over the 130

  3. Ping : Une question de temps | Over the 130

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s