Être une femme surdouée 

Si l’on en croit J.S.F , être une femme surdouée présente des problématiques particulières.

C’est évidemment lié à notre société patriarcale qui a intégré l’idée de la supériorité masculine, y compris dans le domaine de l’intellect.

Comprenons nous bien, cette idée n’est pas forcément consciente. Mais un homme peut se sentir « menacé » par une femme plus intelligente. Ils sont déjà nombreux à être mal à l’aise avec une femme qui gagne plus qu’eux, c’est le même schéma qui intervient avec l’intelligence.

Je dois avouer qu’au début, j’avais trouvé cette réflexion de J.S.F très sexiste et infondée, du moins pour mon cas.

Et puis m’est revenu en tête ce que m’avait dit mon meilleur ami quand j’avais 17 ans : « tu ne te rends pas compte que tu es impressionnante. Tu parais inatteignable. »
Puis m’est revenue la raison invoquée par mon dernier ex pour me quitter : « Tu es trop intelligente ».

Serait-ce donc vrai ? Une femme peut être « trop » intelligente ?

Consternation.

C’est je le sais, à cause de notre culture, mais que c’est douloureux de se rendre compte d’à quel point notre société est pétrie de clichés et d’idées qui desservent les femmes.

Trop intelligente.
Par ce qu’on attend d’une femme qu’elle soit belle d’abord? Parcequ’on suppose que son intérêt ira vers la maternité ? Par ce qu’on suppose qu’elle est juste « moins intelligente » que l’homme ?
Pourquoi ?

Une femme intelligente manifestement ça dérange et/ou ça fait peur. Plus intelligente que l’homme, l’époux ou le patron c’est carrément inpensable ! C’est une menace à la virilité par ce que le rôle de l’homme c’est d’être, pour le patriarcat, plus fort, plus intelligent et de ramener les sous pour le foyer.

Et comme si ça ne suffisait pas, je ne sais plus où j’ai lu que beaucoup de femmes surdouée s’ignoraient complètement parce qu' »on » les amènent à ctoire qu’il est simplement impensable qu’elles le soient. Pire encore, cette pression est si forte, si pernicieuse, que les cas d’inhibition du potentiel sont plus fréquents chez les petites filles (qui deviendront donc des femmes) que chez les petits garçons.

Voici une vidéo qui résume bien l’esprit de ce billet :

Vous savez, il n’y a rien de plus écœurant que de s’entendre reprocher ce que l’on est.
Je sais que vous le savez…
En étant surdoué, on est rejeté 90% du temps. Mais les hommes eux, ont une chance de briller, une chance d’en faire un atout, de le faire reconnaître.
Nous, les femmes, c’est une autre histoire.
Bine sur nous avons cette chance là aussi. Mais nous partons avec un handicape, celui des clichés et du présupposé. Celui du regard de la société sur nous.

Alors je pense à moi et mon petit nombril, je l’admets. SI vous saviez comme c’est frustrant d’être qui je suis aujourd’hui.
Je suis une femme, et c’est vachement bien en soi. Je suis hypersthèse et vraiment je ne changerai ça pour rien au monde. Je suis surdouée, et ma foi, c’est un vrai cadeau du ciel.
Et, sans être victime de la mode, j’adore m’apprêter, je me maquille comme si je peignais, j’adore ça, toutes les couleurs, les pinceaux différents.
Je suis une fan absolue de chaussures, en particuliers les escarpins et les bottes. Je me damnerai pour une paire d’escarpins ou de bottes !
J’adore aller chez le coiffeur, depuis que je décide moi-même de ce qu’on fera ou pas à mes cheveux.
J’aime ce qui brille. Les paillettes y compris.

Et bien tout ça, croyez-le ou non, mais on me le refuse. Je ne peux pas être tout ça à la fois pour « le dehors, les gens, les autres ». Je suis, à leur yeux, forcément l’une ou l’autre.
Si j’aime les chaussures, je ne peux pas m’intéresser à la neurobiologie.
Si je me maquille pour sortir, alors je ne peux pas aimer jouer aux échecs avec mon cher et tendre de soir.
Si j’aime me mettre en valeur, il est impossible que puisse avoir un diplôme supérieur en sciences « dures ».

Parfois, vous savez, j’ai envie de hurler quelque chose comme :
« Et oui mon gars, j’ai un Q ET un QI d’enfer. Va falloir t’y faire. »

Pour conclure, je laisse la parole à une des idoles de mon enfance, le Grand, le Sublime, Ace Ventura /Jim Carrey.
Seuls lesTrentenaires (mes amis), sauront apprécier la référence je crois. ^^


Tu la sens ma GROSSE intelligence ?! […] Bande de nazes.
Tous des nuuuuuls! Tous des nuuuuuuls !

#AHP #HQI #surdoué #surdouée #adultesurdoué #femmesurdouée

Publicités

5 réflexions sur “Être une femme surdouée 

  1. OUIOUI dit :

    Et, sans être victime de la mode, j’adore m’apprêter, je me maquille comme si je peignais, j’adore ça, toutes les couleurs, les pinceaux différents.
    Je suis une fan absolue de chaussures, en particuliers les escarpins et les bottes. Je me damnerai pour une paire d’escarpins ou de bottes !
    J’adore aller chez le coiffeur, depuis que je décide moi-même de ce qu’on fera ou pas à mes cheveux.
    J’aime ce qui brille. Les paillettes y compris.

    On s’en fout tellement, les mecs aiment tout autant les fringues et les chaussures et ils n’en parlent pas la moitié de la journée. Tant mieux parce que c’est si soulant, quel intérêt d’en parler en hurlant pendant des heures franchement ? Sans parler du nombrilisme. Quelqu’un qui fait ça ne peut pas être pris au sérieux.

    J'aime

    • Line dit :

      Euh oui d’accord. Et donc ? Quel est le point de votre commentaire ?

      Je veux dire, si vous vous en fichez de ce que je peux écrire – ce qui est votre droit le plus stricte – peut-être pourriez-vous préciser ce qui serait selon vous intéressant de raconter ?
      Mais je note que ce que j’écris vaut quand même la peine que vous preniez de votre temps et de votre énergie pour le critiquer.

      De plus pourriez-vous préciser qui est « on » s’il-vous-plait ? Vous seul•e ou vous et d’autres personnes au nom de qui vous êtes habilité•e à parler ?
      J’ai à Coeur de rester à l’écoute des retours de mes lectrices et lecteurs, aussi avoir une bonne estimation du nombre de la même remarque ou requête m’est très utile.

      Aussi je suis impressionnée par votre connaissance absolue de tous les hommes de cette planète (3,5 milliards de personnes quand même) et de leurs conversations tant en termes de fréquences que de contenu.

      Enfin pourriez-vous m’expliquez qui fait preuve de nombrilisme et ce qui vous fait dire cela?

      Merci à vous.

      J'aime

  2. Mathieu Simonin dit :

    Bonjour,
    J’ai lu votre post. Pour être honnête, je ne connais pas ce que ça fais d’être une femme surdoué. Je me demande si ce qu’on dit dans la video est toujours vrai par rapport aux hommes.
    Indépendamment de l’intelligence, qui je pense est la même, voire la femme plus intelligente… Il serait bon d’ajouter qu’en dehors des conditionnements, l’homme est naturellement « agressif », c’est l’homme qui entre dans la femme et pas l’inverse. Si vous cherchez l’origine des conditionnement, regardez comment la nature nous a fait.
    Pour ma part, j’ai quand même une démarche active pour supprimer ces conditionnements (en tant qu’homme), sans cette démarche là, c’est mort. Mais ma question est : Est-ce à cause des conditionnement ou de la nature de l’homme à être naturellement (testostérone) plus agressif ? C’est parce que j’ai subit certaines humiliations que j’ai acquis certaines ressources me permettant de développer mon potentiel et couper le lien avec les croyances. Si les « hommes » n’avaient pas été aussi agressif, je n’aurais pas pu.
    On dit toujours que c’est plus difficile d’être une femme. Je suis pas certain que ça le soit partout.
    Comme dirait Stromae « Tous les même ».
    Mathieu

    J'aime

    • Line dit :

      Bonjour Mathieu,
      Vous avancez une pensée naturaliste, essentialiste. Si biologiquement il est vrai que les hommes sécrètent plus de testostérone et que, d’autre part, la téstostérone est une des hormones sécrétée dans les comportements d’agression, c’est une erreur que de sauter à la conclusion que l’agressivité est due à la testostérone et que les hommes sont condamnés à être agressifs à cause de cela.

      D’abord parce que la principale hormone de l’action (et donc de l’agression) n’est pas la testostérone mais l’adrénaline. Et cette hormone est sécrétée de la même manière chez les hommes et les femmes.
      Ensuite les comportements agressifs ne sont pas des comportements innés, mais induits. Ils sont une réaction à une agression, un danger et surtout un comportement.
      Je vous invite à lire des études de psychologie sociale pour comprendre tout cela.

      Donc non, l’origine des comportements humains ne se trouve pas dans les taux hormonaux. C’est un mythe essentialiste qui fait le jeu du patriarcat.
      Et ne me citez pas Darwin, car Darwin, en parallèle de ces grands travaux sur l’évolution, est aussi un modèle en psychologie sociale pour étudier comment les discriminations sociales sont intégrées profondément et inconsciemment par la culture et la société.
      (Je pense à l’étude « Darwin on race and gender » excellentissime travail de psychologie sociale. Je vous le recommande.)

      Et non pas « tous les mêmes » car le fait de faire disparaitre les différences individuelles au profit d’un groupe uniforme est précisément l’un des premiers mécanismes qui mènent aux discriminations.
      (Je ne dis pas que vous en faites, je vous expose ce que la psychologie sociale et cognitive nous a appris sur les préjugés, stéréotypes et discriminations).
      Donc non, jamais « tous les mêmes », pour ma part. 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s