Surdon Intellectuel et handicap au travail

Parce que je vous assure que ça me travaille cette histoire.

Sincèrement il y a des fois où notre différence est juste absolument épuisante. Devoir en permanence s’adapter; faire avec, c’est énergivore au possible.
Évidemment tout le monde doit s’adapter en permanence, je sais bien. Mais l’intensité de l’adaptation n’est vraiment pas la même je crois.
Et puis, après tout nous sommes né•es  comme ça, et personne n’ira reprocher à un•e daltonien•ne de ne pas voir les couleurs de la même façon que son voisin.
Sauf que le/la daltonien•ne, sa particularité est reconnue comme handicapante.

Comment mon cas me pose problème au travail ?
Et bien, mon plus grand problème je crois, c’est de comprendre les priorités des un•es et des autres. Je ne comprends pas leur système de hiérarchisation des tâches.
Là où je place l’efficacité en premier lieu et ne considère pas une seule seconde l’égo, je me retrouve confrontée à des guéguerres individuelles dont le seul effet est de faire régresser le travail, ou au mieux de le faire stagner.
J’exagère un peu. Comment vous faire comprendre au mieux ?
Lors de l’exécution d’une tâche, je ne considère que le factuel, le facteur humain je ne le prends en compte qu’en terme d’horaire de travail.
Je ne me pose pas la question de si je vais froisser ou non la personne en face, ni si je suis suffisamment haut placée dans la hiérarchie pour m’adresser à elle.

Mon sens de la responsabilité semble aussi bien supérieur à ce qui est exigé.
Par exemple je ne peux pas concevoir qu’on condamne ma supérieure pour une de mes erreurs.
Il s’agit de mon erreur, je l’assume entièrement et je trouve injuste au possible que quelqu’un d’autre en soit blâmé.
Autre chose encore, je sens bien que mes comportements sociaux ne sont pas ceux attendus. Et, et c’est entièrement de mon fait, je ne m’y adapte pas.
Parce que ça me fatigue…
Je m’ennuie terriblement dans les moments « sociaux » du boulot.
Les sujets abordés ne m’intéressent pas, et je n’aime pas les jeux qui s’y jouent.

Bref, ma perception des choses fait que parfois, je suis vraiment gênée dans mon travail.
Je ne comprends pas d’emblée les priorités, ni les implicites égotiques.
J’agace prodigieusement ma supérieure qui doit penser que je la noie de détails inutiles, alors que pour moi ces précisions sont indispensables à un discours complet et donc clair.

Le plus handicapant reste avec les autres.
Je ne comprends pas les enjeux d’images, d’égo qui me passent loin au-dessus. Je ne suis pas incapable de les gérer, mais je ne les devine pas.
Si on ne me précise pas les choses, je fonctionne avec mes références qui un coup sur deux sont différentes.

Tout ça c’est à mon échelle et c’est bien mal exprimé, je vous l’accorde. Mais vous aurez compris que je rencontre des difficultés dans mon travail à cause de mon fonctionnement.
Il existe un statut de travailleur handicapé ou de reconnaissance du handicape au travail.
Ça va du daltonisme à la paralysie, en passant par le diabète et la scoliose.
Un champ très large en somme.
Si je devais résumer ce que j’ai compris, le handicap implique un état qui nécessite une adaptation de l’environnement de travail ou du poste de travail (poste en terme de ce qui est demandé, pas en terme de mobilier) pour éviter ou soulager une souffrance inhérente à l’état de la personne.

C’est ce que j’ai compris du moins.
Un collègue avait chroniquement mal au dos, il s’est fait reconnaitre comme travailleur handicapé.
Mince alors !
Moi aussi j’ai toujours mal au dos, mais de là à aller chercher le statut de travailleur handicapé…
Voyons la définition du handicap au travail :

Peut bénéficier d’une RQTH toute personne dont les possibilités d’obtenir ou de conserver un emploi sont effectivement réduites par suite de l’altération d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales ou psychique.

Une procédure de reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé est désormais engagée à l’occasion de l’instruction de toute demande d’attribution ou de renouvellement de l’allocation adulte handicapé (AAH).

Source : Site du gouvernement Français

Ce qui m’a fait faire « tic » comme dirait une vieille dame de ma connaissance, (c’est mignon hein ? Faire « tic » au lieu de « tilt ») c’est la notion d’altérer.
On parle d’altération de  fonction mentales ou psychiques.
Altération.

Pas diminution, régression ou disparition. Altération.

Altération : Changement qui dénature l’état normal de quelque chose : Altération des faits.

Source : Le dictionnaire Larousse en ligne

Dénature, état normal…
On touche là à des notions dangereuses. Parce qu’alors si l’on voulait faire reconnaitre le surdon intellectuel comme un handicap au travail, alors il faudrait, selon la définition d’altération, reconnaitre que c’est une « dénaturation » d’un « état normal ».
Et là ça coince pour moi.
La dénaturation passe encore, puisqu’il s’agit d’un changement d’une base. On peut, si l’on considère que la majorité est la base, considérer qu’effectivement, nous représentons une variation, un écart à cette base.
Pas moins normale, ni moins naturelle, mais différente.
Là où ça devient tendancieux pour moi, c’est cet idée d’un « état normal » qui implique alors l’existence d’un « état anormal ».
Et je ne suis pas d’accord. Nous ne sommes pas anormaux. Nous sommes autres.

Pour continuer cette réflexion, je suis obligée de me pencher sur la considération que l’on fait du handicap.
Considère-t-on que c’est « anormal » que d’avoir une maladie ? Une « déformation » physique ?
Et qu’est-ce qui est normal du coup ?

Je suis toujours en réflexion sur cette question.
Au bout de deux mois de boulot, je me demande quand même pourquoi les choses sont si compliquées pour moi. Compliquées et simples en même temps.
Je réalise qu’il me faudrait en fait rester toute la journée dans mon bureau, tranquille à bosser sur les projets qu’on m’a confié et surtout ne pas interagir avec les autres.
Ou le moins possible.
Parce que ça me fatigue.

Bon j’avais besoin de faire une pause et de poser cette question :

Est-ce un handicap au travail que d’être AHP ?

#AHP #adultesurdoué #AHPautravail #HQI #HPI

Publicités

Une réflexion sur “Surdon Intellectuel et handicap au travail

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s