Moi y en a pas comprendre

Dans un Institut de recherche, il y a des « groupes sociaux ».
Le premier, c’est les chercheurs. Alors eux…Ils sont les rois du pétrole. Ceux sont des espèces de dieux, qui traficotent des trucs auxquels personne (ou presque) ne comprend rien à part eux, à tel point que parfois, je me demande s’ils ne mettent pas des univers tout entier au monde pour qu’on leur prête cette aura.

Ensuite, en parallèle dans un équilibre très précaire, il y a la Direction de soutient à la recherche. L’admonistration quoi. Tou-te-s les directeur-rice-s de services et de centres.
Les huiles.
Eux, il faut leur épouster le chemin devant leurs pieds. C’est pour vous dire.

Et enfin, en bas de l’échelle sociale dans un in institut de recherches de sciences dites dures, il y a… la com.
De base, de base, pour un scientifique, la communication est à la science ce que les paillettes sont à la fusion nucléaire : rien du tout et complètement inutile.
Cette subtile vue des choses est soutenue et/ou nourrie par le fait que, étrangement, tout les services de com que j’ai visité sont uniquement et 100% féminin (sauf s’il s’agit de programmation web, mais là on est plus dans la com mais dans l’informatique attention…).
Et on sent vite qu’être une femme est handicapant pour l’intelligence, pour certains.
Alors je réctifie, être une femme qui se prête un peu au codes sociaux (arbitraires et totalitaires, je suis d’accord) genrés de notre société. C’est à dire, qui porte de temps en temps une jupe et qui est passée une fois dans sa vie chez l’esthéticienne et le coiffeur.

En résumé la (fille de la) com, c’est l’emballage cadeau, c’est beau mais c’est creux.

Alors quand on sort son master d’écologie spécialité génétique bactérienne, on sent l’édifice mental de certain-e-s trembler sur leurs fondations.
Et bah oui. J’en ai aussi dans le ciboulot.
Et certainement plus que beaucoup ici, si j’en crois mon test de QI. (Oui je sais pour certaine l’intelligence et le QI c’est pas la même chose, alors on va dire capacités intellectuelles).
Donc je disais, j’ai certainement autant voir plus de capacités intellectuelles que beaucoup dans la boite, malgré leurs jolis doctorats.

Je ne supporte pas cet air limite pédant quand ils/elles s’adressent à moi comme à une neuneue. Je ne supporte pas quand je les vois faire des efforts et penser « bon comment je vais le dire pour pas la vexer et qu’elle comprenne que mon boulot de chercheu-r-se est tellement plus important que le sien et que j’ai pas que ça à faire de jouer avec ses débilités de com inutiles ».

J’ai envie de HURLER.
Parce que s’ils/elles savaient…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s