Au travail (2) : les formations aux outils internes

Les formations ne sont que des réunions en plus long. Et donc plus pénible.
J’ai passé deux jour et demi en formation, et croyez moi, j’aurais pu torcher le truc en une seule journée de boulot. En comptant le délais de contact des différents référents.

J’ai vraiment beaucoup de mal avec les formations et les réunions.
C’est LONG. Mais même pas long parce qu’il y a beaucoup de boulot, juste long parce que ça tourne en rond, ça peine à arriver au but.

Je suis une enfant en terme de concentration. Si je ne suis pas captivée, je décroche et ce n’est plus la peine d’essayer de me récupérer.
En revanche, si je suis intéressée par ce que je fais il y a de grandes chances pour que je ne décroche pas de moi-même et que l’on doive me demander de m’arrêter.

Il parait que c’est courant chez les AHP.
Courant ou pas, c’est pénible. La plupart du temps, je m’ennuie ferme en réunion ou formation, et je passe pour quelqu’un qui manque de sérieux.

Mais allez vous intéresser vous, à un truc qui vous semble d’une évidence crasse.
Par exemple, il y a une case avec marqué à côté : « nom du fichier » et on vous explique que là, il faut mettre le nom du fichier… Et ça pour 24 autres cases, dont une seule aurait réellement mérité précision quant à son contenu (du genre « objet », c’est un peu flou, on peut hésiter entre mettre un nom ou la nature de l’objet bref).
Quant à la formation elle-même, c’était lamentable.
Plutôt que de nous expliquer comment faire les choses (« pour faire ceci, ça se passe en X étape, d’abord faire ça dans cette page. Étape 2 importer. Étape 3 transformer. Etc ») elle s’est contenté de nous faire un exemple, et surtout de ne jamais donné de vue d’ensemble. A moi de trouver l’arborescence des étapes, à moi d’organiser les choses dans ma tête, à moi de faire le tri entre ce qui est général et ce qui est propre à l’exemple traité.
Ah et puis, autre détail un peu frustrant, la formatrice ne savait pas se servir de l’outil. Du moins pas depuis sa mise à jour… Pratique.
Résultat, pendant que je prenais les quelques notes indispensables (parce que mine de rien, il fallait écouter d’une oreille pour essayer de comprendre le fonctionnement du logiciel) j’ai transposé mon blog d’une plateforme à une autre, écrit de nouveaux articles, discuté avec des collègues par messagerie instantanée et traité quelques mails.
Pendant que la formatrice et un collègue ne comprenait pas comment ne pas faire apparaitre les commentaires d’un document Word sur papier. J’ai trouvé assez vite, mais bon, ils ont préféré essayer tout le reste d’abord…

Publicités