Je ne comprends pas

Encore une fois, je suis confrontée au même problème : je comprends les choses différemment.

Pour faire court, j’ai passé un week-end affreux avec des amis de mon cher et tendre, Appelons les protagonistes C. et M.
C. ne m’adressait la parole que pour me contredire ou pour « plaisanter », en m’envoyant en joyeusement en pleine figure tout un tas de remarques toutes plus désagréables les unes que les autres. Jusqu’à atteindre un sommum avec une reflexion sur mes capacités à aimer.
Horrible, horrible week-end,

De retour chez nous, j’en parle à Cher et Tendre, qui m’explique que C. ne disait tout cela que pour plaisanter et ne comprends pas pourquoi j’ai été blessée de ses remarques.

Je déteste ça.

Je déteste quand on me dit qu’on ne comprend pas ma réaction, parce que j’ai le sentiment qu’on m’explique par là que j’ai tort de ressentir cela, que je ne devrais pas ressentir ce que je ressens.
Tout cela me met en colère, m’exaspère et me fait de la peine en même temps.

Cher et Tendre a été exemplaire, m’expliquant de son mieux comment lui comprenait et avait vécu cette situation.
De mon côté, je n’ai ressorti de tout cela qu’encore une fois, pour ça, j’étais toute seule.

Et ce n’est pas une reproche, je ne blâme personne pour cela. Mais là où avant je me disais que la situation n’était pas bloquée (je devais être trop sensible, mal comprendre les choses, mais rien n’était irrémédiable) aujourd’hui, il me semble que je suis condamnée à ne jamais pouvoir me mettre au diapason des autres et comrendre ce genre d’interactions.
Parce que je ne suis pas cablée comme les autres dans ma tête, jamais ils ne comprendront ce que je ressens et jamais moi je ne saurais correctement interpréter leurs paroles, comme ils le font entre eux.

Je DÉTESTE penser ça !
Je déteste ce sentiment de fatalité, de choses figées.

Les choses ne vont pas comme elles devraient.
Par moment, j’ai l’impression que ce diagnostique a tout compliqué dans ma tête. J’ai le sentiment de m’être faite avoir en fait, que les bénéfices ne sont pas du tout proportionnels aux inconvénients que cela a apporté dans ma vie.
Et d’un autre côté je me dis : mais qu’est-ce qu’on s’en fiche finalement ! Ca sert à quoi de te savoir douante, au fond ? Tu arrivais déjà (avec plus ou moins de succès) à vivre avec les autres avant, sans le savoir. Alors quoi ? Tu n’as pas besoin de ça …
Pourtant si, j’ai eu besoin de ça. J’ai eu besoin de ça pour m’autoriser à ressentir pleinement mes émotions, à les vivre pleinement.

Mais savoir a ajouter aussi à ma frustration. Aujourd’hui que « je sais », j’ai plus confiance en mes intuitions et jugements, et je suis d’autant plus frustrées quand on ne les écoute pas.
Pas que le monde doive attendre ma divine parole et se plier à la lettre à tout ce que je dis (même si pour certains, àa leur rendrait service…ou à moi :p); mais c’est tellement frustrant de savoir qu’on a raison et de voir les autres persister dans l’erreur.

Oui je sais il faut que je lâche prise avec ça, parce qu’après tout, ce sont leurs erreurs, et nous avons tous besoin de faire nos erreurs pour apprendre. Mais, c’est plus fort que moi, quand j’ai raison, j’ai besoin de le dire. Cher et Tendre dit que c’est une légère obcession chez moi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s