J’ai raison et c’est important de le dire

WP_20140118_005

C’est certainement ce qui pourrait le plus me desservir si je devais expliquer cela à des gens qui ne me connaissent pas.

J’ai vraiment des soucis de confiance en moi, et très sincèrement, je ne me juge quasiment jamais mieux que les personnes que je rencontre. Je suis toujours moins ou trop dans le mauvais sens.
Mais en m’écoutant (ou en me lisant) dire (ou écrire) qu’il est important pour moi de dire que j’ai raison, on pourrait croire le contraire :p
Alors que pas du tout. Dans cette démarche je suis très égoïste (décidémment, je me flatte dans cet article !) et c’est vraiment uniquement pour me soulager moi que j’exprime cela.

Je vous explique :

Quand on me raconte une histoire, qu’on me décrit une situation, j’anticipe sur la fin, les conséquences, le déroulement, etc. D’ailleurs on me demande très souvent mon avis sur la question.
Bon d’accord, même quand on ne me demande pas, je partagemon analyse. Mais promiiiiiiiiiiiiis c’est juste parce que ce qu’on me raconte, je le vois comme un puzzle ou une énigme, et c’est automatique, j’analyse. Ce qui ne m’empeche pas de compatir, pas du tout. D’ailleurs c’est très important de prendre en compte les sentiments générés par l’histoire en question chez l’interlocuteur.
Bref je m’égare !

Prenons un exemple : M.

M. a comme qui dirait une vie compliquée.
c’est surtout sentimentalement.
Pour planter le décors, elle a été plusieurs années, au début de sa vingtaine, avec un charmant garçon, B.
Puis elle l’a largué pour un motard-blouson-noir-queue-de-cheval-rebel, parce que B. était trop pantouflard et que le rêve de sa vie à elle c’était de parcourir le monde.
Elle se fait larguer, revient vers B. en pleurant et B. raide amoureux accepte de reprendre avec elle.
Puis elle le relargue, et re revient avec lui.
Tout ça a pris environ 7 ou 8 ans, et il y a deux ans environ, je suis invitée au mariage de M. et B.
Mon premier commentaire en reposant le carton d’invitation ?  « Je ne leur donne même pas 3 ans. »
Ma mère m’a regardée comme si j’étais un monstre mystique qui venait de maudire sur 8 générations la future famille de M et B.
3 mois après le mariage, chez mes parents, nous recevons l’appel de M. qui nous annonce hyper heureuse « J’attends un Bébé ! ».
Ma réaction ?  « C’est une bêtise sans nom, quand ils vont se séparer, c’est l’enfant qui va trinquer ».

Et aujourd’hui, presque 3 ans après leur mariage, et 2 ans et demi après la naissance de la petite (ils ont eu une fille) je reçois un appel de ma mère qui m’annonce que M. et B. sont en train de se séparer. Mes premiers mots après l’annonce ?
« J’AVAIS RAISON, J’AVAIS RAISON, J’AVAIS RAISON ! »
Je l’ai dit 3 fois, très fort et ça m’a tellement soulagée.

Vous me trouvez monstrueuse ? Vous avez raison, dit comme ça, ça fait peur !
Mais je vous jure, il n’y a aucune cruauté, ni aucun jugement dans tout cela pour moi. C’est comme…Vous savez quand vous devinez juste à une énigme ? Quand vous trouvez la bonne réponse ? C’est pareil.
Sauf que dans l’exemple cité, s’agissant d’être humains sur une période de 10 ans, c’est bien plus difficile à prévoir.

Ok j’admets, je ne vous aide pas à me trouver sympathique là :p
Je vous assure que je ne vois pas les gens qui m’entourent comme des souris de labo.
Mais la vie est une énigme, un puzzle pour moi, ça c’est vrai. Et j’adore les énigmes  et les puzzles !

Bon exemple moins dérangeant peut-être : les films.
Cher et Tendre m’adore mais je crois qu’il est légèrement irrité par ma manie de spontanément lancer des hypothèses sur la fin des films : qui a fait quoi, qui est lié à qui et pourquoi, bref flinguer le suspens.
Enfin pour lui.
Pour lui, je flingue le suspens, pour moi, j’émets une hypothèse et j’attends avec excitation de voir si j’avais raison. Ça ne me gâche pas le plaisir du film, je m’y plonge comme tout le monde.
Mais 98% du temps, j’ai raison. (D’ailleurs quand j’ai tort c’est souvent que le dénouement sort littéralement du chapeau de l’auteur, sans aucun éléments précédents pour le soutenir)
Et pour Cher et Tendre, je fais du sabotage, parce que je sais que j’ai souvent raison et que donc je devrais me taire quand j’ai une idée sur le dénouement d’un film.
Sauf que je ne peux pas ! Ça sort tout seul, c’est comme ça.

Vous voyez l’important ce n’est pas que l’autre ait tort, ou qu’il se soit trompé, mais que j’ai bien compris. Que là, cette fois, j’avais raison, j’ai bien fait. Cette fois ci, j’ai fait quelque chose de bien.
Au fond, c’est toujours la même rengaine : essayer de me prouver, de me convaincre, que je ne suis pas tout le temps, complètement bonne à rien.
Ça fait tragique, je sais, mais c’est la vérité.

Donc la prochaine fois que vous croiserez une peste arrogante, qui ne rate pas une occasion de dire qu’elle a raison, pensez à moi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s