L’enfer du permis de conduire

Ce récit est tout personnel.

D’ailleurs tous mes articles, sauf précision explicite, sont à comprendre comme le témougnage de mon expérience et non pas une généralité sur la douance.

Car j’ose espérer que tous les surdoués ne sont pas comme moi des handicapés du permis de ocnduire.

Ce truc est une HORREUR pour moi. Je l’ai passé trois fois; loupé trois fois, et chaque fois j’ai passé le pire moment de toute ma vie. Je vous jure, passer à la Question aurait sans doute était à peine plus angoissant pour moi.

 

Quand je passe cet examen maudit, je suis angoissé à un point tel que j’en oublierais presque mon propre prénom. Mon champ de vision devient un tunnel étroit, et je perçois tout comme au travers d’une feuille de papier calque.
J’ai chaud, tellement chaud que j’en ai les mains moites, et que, bien évidemment, je rougis (et avec mes tâches de rousseurs laissez-moi vous dire que ça se voit, quand je rougis). J’en tremble aussi.
Et, le pire de tout, je cesse de réfléchir.
Plus une réflexion consciente ne passe par mon esprit, il me semble que je ne suis pilotée que par mon cerveau reptilien qui n’a de cesse de me hurler que je suis en danger de mort.

Vous n’avez pas idée de l’enfer que c’est.
Et tout ça pourquoi ? Parce que juste à côté de moi se tient une personne qui, je le sais, guette mes moindres faits et gestes dans l’unique but de souligner la plus petite erreur. Il/elle est là pour me voir échouer. Il guette comme une hyenne affamé la moindre petite erreur qu’il/elle poyrra se mettre sous la dent.

Et je ne suis qu’une pauvre chose sans défense face à ce monstre bavant.

 

Voilà, ça c’était le côté émotionnel de mes échecs.
Mais s’il n’y avait que cela, je me serais droguée à coup d’anxiolytiques et le problème aurait été résolu. (Soit dit entre nous, je compte vraiment me prendre un anxiolytique lors de mon prochain examen de conduite.)

Mais il y a une raison purement logique à mes échecs successifs, raison qui ne dépend même pas de moi : le hasard !
Je m’explique : lors des leçons de code de la route, partie théorique du permis, j’ai appris que devant un passage pieton, on ne cède le passage que si le piéton est engagé sur la voie.
Je passe à la pratique et là, un premier moniteur me dit qu’il faut laisser le pieton passé, engagé ou pas. Question de courtoisie et de priorité au plus vulnérable. Bon, admettons.
Autre leçons de conduite, autre moniteur. Je laisse passer un piéton non engagé, et je me fait sévèrement enguirlandé. Ni une ni deux je réplique que c’est son collègue qui m’a intimé de faire comme ça.
Et mon chère moniteur numéro 2 de me répliquer : « Ouais, bah ça, ça dépend en fait. »

Ca dépend de quoi ?! C’est écrit noir sur blanc dans le code de la route ce qu’il faut faire ou pas, oui ou non ?

« Ouais mais, en fait, ça dépend de qui tu auras le jour du permis. Ca peut passer comme pas passer. »

 

Mais QWOUAAAAAAAAAAA ?!

Il y a une règle, mais on s’en fiche, on ne l’applique que quand on veut ? Et le jour de l’examen, on doit deviner à la tête de l’examinateur s’il est du genre à laisser passer les piétons ou pas ? oO

 

Je DETESTE ces incohérences. A quoi est-ce que je peux me rattraper, si même les règles apprises ne servent à rien parce que pas respéctées ?!

J’en ai donc déduis qu’avoir le permis était avant tout une question de CHANCE MONUMENTALE. Comme de gagner au casino (et encore, certains arrivent à comprendre les lois statistiques, quand rien n’est pipé, et à gagner).

Cette affreuse constatation ajoute à mon angoisse un sentiment d’impuissance colossal.

 

Je n’exagère que très peu.
Ecgouer au permis de conduire est à chaque fois un réel traumatisme émotionnel. A tel point qu’il m’a fallut chaque fois, plus de 3 mois pour seulement accepter d’y penser de nouveau et envisager de me remettre à prendre des leçons.

Résultat, aujourd’hui je dois TOUT repasser, code et conduite.
C’est pas grave, le code au moins, c’est (presque) logique tout le temps.

Publicités

4 réflexions sur “L’enfer du permis de conduire

  1. christelle malbec dit :

    Bonjour,

    Tout comme toi je n’en peux plus de ce permis de conduire trop lente, trop rapide, contrôle tes angles morts, tourne la tête mais pas trop tout de même, bref je finis par avoir une aversion terrible pour ce petit bout de papier rose dont je me suis passée pendant des années….bref, je vais le repasser pour la troisième fois et je stress un peu moins à chaque fois malgré tout mais assez pour faire l’Erreur qui m’ajourne !
    Alors l’as-tu eu ce satané permis finalement…..?
    Cordialement
    Christelle MALBEC

    J'aime

    • Line dit :

      Bonjour Christelle,

      Je compatis pleinement.
      Trois choses m’ont permis d’obtenir mon permis de conduire.
      La première, je l’ai passé avec mon fiancé, qui connaissait le même genre de tourments que moi vis à vis de ce fichu permis.
      En prenant les leçons ensemble, nous trouvions l’un en l’autre une motivation mais aussi un soutien et surtout quelqu’un qui comprenait nos frustrations, nos difficultés et même nos souffrances sociales vis à vis de cela.
      Cela a été très précieux pour moi.

      Ensuite, nous avons eu la grande chance de tomber sur une monitrice et un moniteur excellent-e-s. Non seulement très pédagogues, mais aussi sympathiques et à l’écoute. En plus d’être très impliqué-e-s dans leur travail.
      Ce fut une chance car nous avons trouvé, mon fiancé et moi, chacun la personne qu’il nous fallait pour répondre à nos besoins en terme d’apprentissages.
      Lui, a trouvé un moniteur aussi pointilleux et précis que lui (à s’en arracher les cheveux !), moi j’ai trouvé une personnes à l’écoute qui a compris que mon plus grand problème était mon manque de confiance en moi.
      Mais je dois être honnête, si nous avons eu ces enseignant-e-s c’est aussi parce que nous avons pris notre courage à deux mains pour – après une les avoir découvert- pour demander(éxiger s’il avait fallut) de n’avoir de leçons qu’avec eux deux.

      Nous avons choisi de nous écouter, et de réclamer ce que nous trouvions bon pour nous. Et c’était un grand pas pour nous deux, qui sommes plus du genre à ne pas faire de vagues.

      Nous avons assister à certaines leçons l’un de l’autre. Voir l’autre conduire, avec un retour direct du/de la monitrice, c’était apaisant et stimulant.

      Nous avons fait cela d’une traite. Deux semaines de code, suivie directement de 11 heures de conduites réparties sur deux à trois semaines.
      Et HOP examen que nous avons passé le même jour l’un juste après l’autre.

      Enfin, nous l’avons fait dans la plus grande discrétion et confidentialité.
      La pression sociale (familliale ici principalement) était tellement gênante pour nous que nous avions choisi de nous en affranchir en faisant cela sans rien en dire à personne.

      Nous étions comme cela plus sereins vis à vis de notre démarche et de l’éventualité d’un échec.
      Cela a je crois, beaucoup compté pour nous.

      Voilà. 🙂

      J'aime

      • Christelle dit :

        Bravo en tout cas, vous n avez rien lâché. Je dois en ce qui me concerne trouver le moyen de gérer mon stress au moment de l examen. Bref je continue. Merci pour votre témoignage.

        J'aime

  2. Céline Gobinet dit :

    Bonjour,

    Je l’ai passé 4 fois, loupé 3 fois donc. C’était il y a plus de 20 ans. Pendant des années j’ai très peu conduit, perdu confiance, et quand il a fallu que je loue une voiture pour traverser Paris et transporter mon fils (alors bébé) et son père, ben j’ai carrément repris des leçons de conduite (8h), tellement ça me faisait flipper. Finalement, je me suis aperçue que c’est la peur de l’erreur qui était le pire. Je faisais des erreurs avec le moniteur, mais je me sentais à l’aise, prudente « comme il faut », une fois que je n’avais plus de regard pour me juger, ou du moins détecter mes erreurs. Peut-être est-ce ce qu’il faut se dire: se faire confiance et oublier le regard de l’examinateur qui, par défaut, cherche la faute.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s