Pour commencer

Un petit topo sur la douance.

C’est le nouveau mot qu’emploient les spécialistes du sujet (psy/chologue/chiatre et neuro/biologistes/physiciens) pour parler de ce qui caractérise ce que l’on appelait dans le temps les « surdoués ».

Ce terme a été abandonné des spécialistes à cause des clichés dont il était chargé. Aujourd’hui encore, tout le monde (y compris moi) pense qu’une personne surdouée est un génie des sciences et une sorte de Rain Man  qui calcule plus vite que son ombre.

Même si certains douants ou « surdoués » sont effectivement capables d’une vitesse de réflexion et de traitement des informations hors norme, la réalité est loin de ces clichés.

Être surdoué-e (je n’arrive pas employé « douant », je trouve juste que le mot est pâteux dans la bouche. Pas vous ? En le prononçant, j’ai l’impression d’avoir la bouche pleine d’un énorme morceau de quatre-quarts) c’est avoir un fonctionnement cérébral et intellectuel différent de 98% des autres personnes.

C’est donc un phénomène physiologique autant que psychologique et émotionnel. D’ailleurs, les spécialistes à force de constater qu’un parent surdoué avait souvent un enfant lui-même surdoué, ont commencé à se pencher sur un possible facteur héréditaire. Études à suivre donc.

Être surdoué ce n’est donc pas être « plus » c’est être « autre ». Différent.

C’est avoir un rapport au monde différent, un rapport au gens différent, un rapport à soi différent.

Et c’est là que peuvent commencer les problèmes… La différence, quand elle est inconnue ou méconnue, est la source de beaucoup d’incompréhension et trop souvent de souffrances. Pour la personne surdouée comme pour la personne qui ne l’est pas et interagit avec elle.

 

Les principales caractéristiques du fonctionnement des HPI
Voici ce qui, d’après mon expérience personnelle, est à retenir pour pouvoir aborder la douance et les HPI au mieux.

L’HPI à une forme de pensée différente, dite en arborescence

En somme, sa pensée au lieu d’aller du point A au point B en une ligne droite, va partir du point A et de là va surgir 3 idées par lesquelles sa pensées va passer, et à chaque point un nouvel embranchement de 3 idées surgit, et ainsi de suite jusqu’à atteindre le point B.

L’HPI pense avec son coeur

Hypersensible, il/elle  est souvent considéré-e à tort comme susceptible. Tout est émotion pour l’HPI. Et intensifié (toujours par rapport à la majorité de la population). Tout va droit au coeur,.

l’HPI n’est pas « plus » ou « mieux », il est « autre »

Voilà pour moi ce qui permet d’aborder la douance sans clichés : comprendre qu’il s’agit d’un fonctionnement différent, rien de plus, rien de moins.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s